Rumeur

Au cœur de ce dicton se trouve l’idée que le marché reflète les anticipations des investisseurs et pas seulement l’information disponible à un moment donné. Selon ce postulat, seule l’information « nouvelle », non anticipée par le consensus, sera par conséquent susceptible de donner une véritable direction au cours boursier. Or, les informations capables de déclencher un changement de la tendance en place sur un actif sont relativement peu fréquentes (interventions d’une Banque Centrale, publication des résultats d’une entreprise, dépôt d’un brevet … ).

Le bon dicton : « Acheter la rumeur et vendre (juste avant) la nouvelle » 

Surfer sur le mouvement précédant une annonce en profitant du positionnement des investisseurs pourrait être la bonne stratégie à adopter. Or, lorsqu’une bonne nouvelle est anticipée, le risque de déception du marché est d’autant plus grand et il peut alors s’avérer dangereux de rester en position lors de la publication. Seule une vente « juste avant la nouvelle » permet donc de profiter des anticipations des investisseurs sans courir le risque d’une déception.

Mieux encore, l’investisseur doit avant tout rester à l’affût des informations nouvelles susceptibles d’affecter la tendance, celles pouvant influencer les fondamentaux d’un actif et la psychologie du marché. Ce sont en effet ces nouvelles majeures dans la vie boursière d’un actif qui permettront de réaliser les performances les plus intéressantes dans leur rapport risque / rentabilité.