Si vous suivez les marchés financiers, vous observerez fréquemment des entreprises faire appel aux investisseurs pour lever des fonds à l’occasion d’une augmentation de capital (AK). Mais de quoi s’agit-il exactement et pourquoi choisissent-elles de mettre en place ce type d’opération ?

Sauvetage

Qu’est-ce qu’une augmentation de capital ?

Une augmentation de capital se traduit par une augmentation du capital social de la société via l’émission d’actions nouvelles. Cette opération s’effectue via la distribution de Droits Préférentiel de Souscription (DPS) aux détenteurs d’actions anciennes. Ces derniers sont alors prioritaires pour souscrire aux nouvelles actions.

Quel est le but poursuivit par l’entreprise ?

Une augmentation de capital peut avoir plusieurs objectifs. Elle peut intervenir lorsque l’entreprise fait face à des difficultés financières et que cette dernière éprouve le besoin de renforcer sa structure financière afin d’éviter la faillite. En augmentant son capital, la trésorerie de l’entreprise s’améliore, ainsi que sa santé financière et ses ratios d’endettement. Attention, dans ces cas-là, une restructuration de l’activité reste indispensable. La santé financière ne s’améliore que sur le court terme. Si rien n’est fait sur le long terme, les problèmes financiers reviendront.

L’augmentation de capital est aussi un moyen d’autofinancement pour l’entreprise. Par exemple, lorsqu’elle a besoin de financer une acquisition lourde, au lieu de s’endetter, l’entreprise peut émettre de nouvelles actions et recevoir ainsi de l’argent frais. Cela permet d’éviter de faire appel à un intermédiaire financier mais cela permet aussi d’impliquer l’actionnaire dans le développement de l’entreprise.

Comment le marché réagit-il ?

La réaction du marché dépendra des raisons qui poussent l’entreprise à mettre en place ce processus. L’augmentation de capital signifie une dilution du capital et donc une dilution des droits aux bénéfices (dividendes). Si l’actionnaire est obligé d’investir pour maintenir son niveau d’investissement et son niveau de dividende, il peut choisir de délaisser l’entreprise car l’opération peut s’avérer coûteuse. Dans ce cas-là, l’action de l’entreprise peut connaître une forte baisse.

Cependant, les actionnaires peuvent passer outre les problèmes de la dilution de capital si l’augmentation de capital se fait dans la perspective d’une restructuration en profondeur de l’entreprise. Si les actionnaires estiment que l’opération va être positive sur le long terme pour l’entreprise et que ce n’est pas le sauvetage de la dernière chance, le marché peut saluer l’augmentation de capital et ne sanctionnera pas l’action.

Si vous détenez des actions d’une entreprise qui lance une augmentation de capital, attendez-vous à un regain de volatilité sur le cours. Ce sera à vous de réfléchir et de vous demander si l’opération est positif pour l’entreprise ou non. Si vous sentez que l’entreprise risque gros et que l’augmentation de capital ressemble plus à l’opération de la dernière chance, quittez le navire !