financement_startup_cover

Le Financement des Startups

Pour le Larousse, une Startup est une jeune entreprise innovante du secteur des nouvelles technologies. Pour Les Echos, c’est une entreprise tout juste lancée, sans actif corporel important, plongée dans un environnement technologique mouvant, et dont les flux de trésorerie sont encore négatifs. Pour cette Formation Découverte, nous définirons les Startups comme de jeunes entreprises en cours de développement et à la recherche d’une rentabilité.

Temps de lecture : environ 5 minutes

 


  • Pour créer et diffuser gratuitement ce contenu pédagogique, New Trading compte sur le soutien de ses partenaires. Merci à l’écosystème entrepreneurial Dojo, pour le parrainage de cette Formation Découverte !

 


Les 4 saisons d’une startup 

Dans un premier temps, l’idéation mobilise les porteurs du projet qui réfléchissent ensemble autour d’un sujet afin d’en sortir une idée détaillée accompagnée d’un Business Model.

Puis l’incubation confronte l’idée initiale aux premiers clients afin de construire un Minimum Viable Product (un produit ou service minimaliste capable de susciter l’enthousiasme d’une clientèle cible).

L’accélération recherche une traction (augmentation du nombre d’inscrits, d’abonnés, de clients) pour démontrer l’adéquation entre l’offre proposée par la Startup et la demande du marché.

Enfin, l’expansion étend les activités de la Startup pour atteindre la rentabilité et la stabilité recherchées.

Cas particulier, la Scale-up désigne une Startup en début de phase d’accélération dont le modèle d’affaire est enclin à générer rapidement une croissance exponentielle dont les investisseurs pourront profiter. Quant à la Licorne, cette Startup a déjà réussi à atteindre des niveaux de valorisation records (valorisation supérieure à 1 milliard de dollars).

Le Financement par capitaux propres

Lors de la création d’une entreprise, les fondateurs rassemblent des fonds afin de constituer le capital social de leur société. Ce capital est divisé en parts sociales associées à des droits de vote et réparties entre les associés en fonction de leurs apports. Ce capital social n’est pas figé et il peut être augmenté ou diminué au cours de la vie de l’entreprise.

Lors d’une augmentation de capital, la société émet de nouvelles parts sociales qu’elle distribue aux nouveaux investisseurs en échange de capitaux. Point important, cette arrivée de nouveaux investisseurs a un effet dilutif sur les investisseurs historiques. Ces derniers détenaient 100% des droits de vote associés aux parts sociales, ils doivent désormais les partager avec les nouveaux arrivants. En revanche, cet effet dilutif n’est pas synonyme d’appauvrissement pour les investisseurs historiques. Certes, il y a désormais plus de parts mais il y a aussi un plus gros gâteau à partager !

Au-delà du capital social, les associés peuvent également enregistrer des dettes particulières au bilan de la société afin d’apporter des fonds à la société de façon provisoire grâce aux comptes courants d’associés. Lorsque ces fonds sont assortis d’une condition de blocage, ils sont alors comptabilisés comme quasi fonds propres. 

L’entourage des associés constitue une première source de financement. Ces capitaux collectés auprès du cercle proche (famille, amis) sont désignés par le terme Love Money

Les Business Angels apportent leur contribution (argent, temps, expertise,…) en échange de parts sociales de cette dernière. Des outils comme l’Equity Matrix permettent de négocier les parts sociales en fonction des apports de chacun. 

La levée de fonds fait appel à des investisseurs extérieurs qui apportent leurs financements en contrepartie de nouvelles parts sociales. Les levées de fonds se traduisent par une augmentation de capital. 

Les Sociétés de capital risque répondent aux besoins de liquidités d’une startup lors des premières levées de fonds : Série A pour la première, Série B pour la deuxième, Série C pour la troisième, etc. 

Par ailleurs, de nouveaux services financiers comme le crowdfunding (financement par la foule via une plateforme en ligne en échange de goodies ou de produits finis) et le crowdequity (financement par la foule en échange de parts de l’entreprise) permettent également aux jeunes startups de se financer.

Le Financement par la dette

Pour se financer, une startup peut emprunter de l’argent auprès d’organismes agréés (banques commerciales) ou d’investisseurs via l’émission d’obligations. Des solutions alternatives comme les plateformes de crowdlending peuvent aussi s’avérer pertinentes pour emprunter auprès d’investisseurs privés.

Plusieurs acteurs publics accordent des crédits avantageux aux sociétés désireuses de construire des projets jugés bénéfiques à l’intérêt général. Les collectivités territoriales disposent de tels outils et il est essentiel de se renseigner sur leurs politiques d’investissement à l’échelle locale et nationale.

La Banque Publique d’Investissement (BPI) est un acteur majeur du financement des jeunes entreprises françaises. Lors de l’octroi de ses crédits, la BPI ne requiert pas le gage d’un collatéral, même si un financement extérieur est souvent exigé en complément.

Ses Prêts d’amorçage sont destinés aux entreprises de moins de 8 ans et proposent de faciliter l’accès au capital risque pour les jeunes entreprises innovantes. Ils interviennent dans l’attente ou concomitamment à un investissement en fonds propres et se rembourse en 8 ans. Les prêts d’amorçage de nécessitent pas de financement bancaire extérieur.

Les Prêts pour le développement sont destinés aux entreprises de moins de 3 ans se déclinent en dix types de prêts (Contrat de Développement Investissement, Prêt Croissance, Prêt d’avenir, Prêt Entreprise et Quartiers, Prêt Croissance Internationale, Prêt Innovation, Prêt Robotique, Prêt Eco-Energie, Prêt vert, Prêt à long ou moyen terme). Contrairement aux Prêts d’amorçage, les Prêts pour le développement nécessitent pour la plupart un cofinancement bancaire d’un montant au moins égal à la somme prêtée.

Les Prêts spécifiques ne sont pas conditionnés par l’âge de la société mais sont réservés à des secteurs d’activité particuliers : Restauration, Hôtellerie, Bois, Habillement, Défense, Économie Sociale et Solidaire, Industrie, Industrie du Futur, Automobile. Cette catégorie de prêts nécessite un cofinancement bancaire au moins égal au montant prêté.

Les Prêts régionaux comme le prêt croissance TPE disponible en Auvergne-Rhône-Alpes, Bretagne, Guadeloupe, Hauts-de-France, Ile-de-France, Centre-Val de Loire, permettent à des sociétés de bénéficier des politiques d’investissement régionales. Leur nature varie selon les régions.

Des Prêts d’honneur peuvent également être accordés par certains réseaux nationaux comme Initiative France ou Réseau Entreprendre. Dans ce cas, les fonds sont prêtés à taux zéro, et l’entrepreneur s’engage à le rembourser sur l’honneur, il n’est donc pas caution personnelle. 

Enfin, un dispositif comme l’Accre (Aide aux chômeurs créant ou reprenant une entreprise) permet par exemple aux chômeurs de bénéficier d’exonérations partielles de charges sociales lors de la reprise ou de la création d’une entreprise.

Nous espérons que cette Formation Découverte dédiée au Financement des Startups vous a plu !