Jesse

Qui a dit que les crises n’étaient profitables pour personne ?

C’est oublier tous les « shorters » de l’Histoire ! Ces spéculateurs qui parient sur la baisse d’un actif dans l’espoir de racheter à meilleur prix ce qu’ils ont commencé par vendre. L’américain Jesse Livermore né en 1877 et mort en 1940 était de ces traders-là.

Son premier coup de génie eut lieu en 1906 lorsque ses positions baissières ouvertes sur les actions US peu avant le grand tremblement de terre de San Francisco lui rapportèrent 250 000$. Mais son coup de maitre reste sans hésitation son anticipation de la crise de 1929. Les années 20 voient en effet l’avènement d’un boom industriel, la production industrielle augmente de 50% entre 1920 et 1929, les marchés augmentent de 10% en moyenne chaque année, et cette période de forte croissance touche les Etats-Unis mais également l’Europe. Alors que les marchés sont en pleine euphorie haussière, que les américains s’endettent pour acheter des actions, Jesse Livermore se met à vendre !

Les conditions du krach de 1907 semblent réunies et Jesse sait que l’histoire se répète, tout particulièrement sur les marchés financiers… Son intuition se réveille exacte en 1929 avec l’une des plus fortes crises de l’histoire de la finance et le marché perd près de 50% de sa valeur. En vendant ce que tout le monde achetait, Jesse Livermore encaissa plus de 100 millions de dollars soit l’équivalent de 125 milliards de dollars aujourd’hui. Autant dire qu’il faut parfois savoir se mettre à contre courant…