Prérequis Vidéo :

Lorsqu’un investisseur souhaite acquérir ou céder une action, ce dernier effectue une demande auprès de son intermédiaire financier (broker) ; on parle alors d’ordre d’achat ou d’ordre de vente.

Pour chaque produit listé sur une place financière, la Bourse réunit ces ordres au sein d’une interface permettant de confronter l’offre à la demande : le Carnet d’ordres.

Ainsi, pour qu’il y ait une transaction entre acheteurs et vendeurs, il faut que ces derniers soient en accord sur le prix et la quantité à échanger. La cotation d’un actif observée par les investisseurs correspond donc tout simplement au prix auquel s’est effectuée la dernière transaction.

Le Carnet d’ordres se présente généralement sous la forme d’un tableau à deux colonnes dans lequel sont classées par ordre d’intérêt (puis d’heure d’arrivée) les demandes de vente et d’achat.
 
passage-ordres-trading
 
La colonne de gauche correspond aux demandes d’achat. La colonne de droite recense quant à elle les offres de vente. Pour chaque niveau de prix sont ainsi spécifiés le nombre d’ordres en présence et la quantité de titres concernés.

Le meilleur prix proposé par les acheteurs aux vendeurs (le plus élevé) est appelé : Bid. Le meilleur prix proposé par les vendeurs aux acheteurs (le plus faible) est appelé : Ask. Cette différence entre le Bid et le Ask est appelée Spread.

Dans notre tableau donné en exemple, le Bid est donc de 10,50€ et le Ask est de 10,60€. Le spread est quant à lui de 0,10€.

NB : Le spread ne peut jamais être négatif. En effet, toute proposition faite par les vendeurs à un prix inférieur au prix proposé par les acheteurs sera immédiatement acceptée. Si vous acceptez de payer 10,50€, vous n’avez aucune raison de refuser de payer un prix inférieur…

Pour ouvrir une position sur le marché, il vous suffit de vous rendre sur la fenêtre de passage d’ordres de votre intermédiaire financier afin d’y entrer votre demande. Plusieurs types d’ordres vous sont alors proposés, voyons les principaux.

  • L’ordre au marché est le plus simple et vous permet d’ouvrir une position au prix actuel du marché en acceptant l’offre la plus intéressante de la partie adverse. Ce type d’ordre présente l’avantage d’être exécuté instantanément. En revanche, il vous contraint à accepter un prix fixé par votre contrepartie, et donc moins attractif.

Dans notre exemple, en choisissant d’acheter 100 actions « au marché » vous paierez un prix de 10,60€/action. Un vendeur « au marché » recevra quant à lui 10,50€/action. Dans le cas d’un acheteur « au marché » à la recherche de 300 actions. Ce dernier paiera 10,60€ pour les 250 premières actions proposées à la vente à 10,60, puis 10,61€ pour les 50 suivantes.

  • L’ordre limite offre à l’investisseur un plus grand contrôle du prix d’exécution de la transaction. En effet, lors de l’utilisation d’un ordre limite, l’investisseur spécifie un niveau limite au-delà duquel son ordre ne sera pas exécuté. Le risque est ici lié à la possible non-exécution de l’ordre dans le cas où le niveau spécifié ne serait jamais atteint.

Dans notre exemple, si un investisseur choisit d’acheter 100 actions à un prix limite de 10,49€, son ordre sera placé en attente (dans la colonne de gauche, juste après les ordres proposés à 10,50€), et ne sera exécuté qu’en cas de baisse des prix jusqu’à 10,49€. L’envoi d’un ordre limite d’achat à un prix supérieur au meilleur prix proposé par les vendeurs serait quant à lui exécuté directement.

  • L’ordre à seuil de déclenchement permet à l’investisseur de conditionner l’exécution de son ordre au franchissement d’un niveau de prix spécifié. Au-delà de ce niveau seuil, l’ordre est transmis « au marché » et exécuté au meilleur prix disponible. Ce type d’ordre, très utile en Trading, permet de se protéger en sortant de position de façon automatique (ordre Stop-loss) lorsque les prix évoluent rapidement en votre défaveur. Ils peuvent également être utilisés pour entrer en position et profiter de certaines accélérations.

Toujours dans notre exemple, un détendeur d’actions peut choisir de placer un ordre stop à 9,50€ pour limiter ses pertes en cas de baisse violente des cours. Si une transaction a lieu à un prix inférieur ou égal à 9,50€, ses actions seront vendues « au marché » instantanément.

Dans le jargon financier, l’ordre Stop Loss désigne un ordre à seul de déclenchement de sens inverse à la position ouverte par l’investisseur. Comme nous venons de le voir, il permet de clôturer la position de façon automatique lorsque les cours évoluent dans la mauvaise direction et donc de limiter la perte potentielle.

L’ordre Take Profit désigne quant à lui un ordre limite de sens inverse à la position ouverte par l’investisseur. Il permet de clôturer la position de façon automatique lorsque les cours évoluent dans la bonne direction, et d’enregistrer une plus-value.

Cas Particuliers des ouvertures et fermetures de marché (Fixing) :

Lors de l’ouverture et de la fermeture du marché français, l’opérateur financier doit déterminer le premier et le dernier prix de cotation de la séance boursière. Pour cela, les ordres des investisseurs sont accumulés dans les périodes de pré-ouverture (7h15 – 9h00) et de pré-clôture (17h30 – 17h35). Le prix permettant d’échanger la plus grande quantité d’actifs est ensuite retenu comme cours d’ouverture ou de fermeture du marché.

Dans le cas de la fermeture du marché, les cours limités égaux au prix de clôture sont exécutés entre 17h35 et 17h40 si une contrepartie existe. Suite à cette négociation au dernier cours, le marché ferme jusqu’à la prochaine séance.

Regardez la vidéo proposée en haut de page pour découvrir comment placer vos ordres sur la plateforme ProRealTime !