Action Apple : faut-il acheter ou vendre le titre en 2021 ?

Action Apple : faut-il acheter ou vendre le titre en 2021 ?

Faut-il Acheter l'Action Apple en 2021 ?

L’entreprise à la pomme est-elle un bon investissement pour l’année 2021 ? Voici quelques éléments de réponse pour vous forger votre propre opinion.

Géant du numérique membre des GAFAM, marque la plus puissante au monde selon le dernier classement de Business Insider avec 323 milliards de dollars de valorisation… Mais qui pourra bien stopper Apple ?

À la fin de l’année 2020, alors que de nombreuses entreprises subissaient encore de plein fouet les conséquences de la crise sanitaire, le groupe américain retrouvait sa position de leader mondial sur le marché des smartphones, avec pas moins de 80 millions de produits vendus ! Après plus de 40 années d’existence, force est donc de constater qu’Apple continue d’innover et de séduire consommateurs et investisseurs.

Voici un résumé complet des informations dont vous avez besoin afin de décider si vous devez ou non ajouter l’action Apple à votre portefeuille d’investissement.


Présentation de l’entreprise Apple


L’entreprise Apple

Société fondée le 1er avril 1976 à Los Altos en Californie par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald Wayne (puis constituée sous forme de société le 3 janvier 1977), Apple est une entreprise américaine créant et commercialisant des produits électroniques destinés au grand public, des ordinateurs personnels ainsi que des logiciels

Avec une capitalisation totale de près de 2 300 milliards de dollars en janvier 2021, l’entreprise américaine fait partie des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), les cinq géants américains du numérique dominant le marché mondial. Son siège social se situe actuellement à Cupertino en Californie.

D’une simple petite entreprise fabriquant les premiers ordinateurs personnels dans les années 1970 et basée dans le garage de la maison familiale de Steve Jobs, Apple est devenue, en 40 années d’existence, la première capitalisation boursière de la planète (performance atteinte pour la première fois en 2011). En août 2020, la société devient la première entreprise privée de l’Histoire à dépasser les 2 000 milliards de dollars de capitalisation.

Son innovation constante, tant aux niveaux technologique que marketing, sa stratégie d’intégration verticale en ce qui concerne la fabrication de ses produits, le design et l’ergonomie de ses derniers, font d’Apple une société particulièrement appréciée des consommateurs, bénéficiant d’une forte réputation.

En 2019, la société américaine déployait ses services via un réseau de 506 Apple Stores répartis dans 25 pays différents, en plus de sa boutique en ligne. En septembre 2020, Apple employait pas moins de 147 000 salariés dans le monde entier.

Le top management d’Apple est actuellement composé de :

  • Tim Cook, CEO ;
  • Katherine Adams, Senior Vice President, General Counsel ;
  • Eddy Cue, Senior Vice President, Internet Software and Services ;
  • Craig Federighi, Senior Vice President, Software Engineering ;
  • John Giannandrea, Senior Vice President, Machine Learning and AI Strategy ;
  • Greg “Joz” Joswiak, Senior Vice President, Worldwide Marketing ;
  • Sabih Khan, Senior Vice President, Operations ;
  • Luca Maestri, Senior Vice President, Chief Financial Officer ;
  • Deirdre O’Brien, Senior Vice President, Retail + People ;
  • Johny Srouji, Senior Vice President, Hardware Technologies ;
  • John Ternus, Senior Vice President, Hardware Engineering ;
  • Jeff Williams, Chief Operating Officer ;
  • Lisa Jackson, Vice President, Environment, Policy and Social Initiatives ;
  • Isabel Ge Mahe, Vice President and Managing Director of Greater China ;
  • Tor Myhren, Vice President, Marketing Communications ;
  • Adrian Perica, Vice President, Corporate Development ;
  • Phil Schiller, Apple Fellow.

En ce qui concerne l’actionnariat d’Apple, les plus importantes parts de l’entreprise étaient détenues au 31 janvier 2020 par :

  • The Vanguard Group (7,31%) ;
  • Berkshire Hathaway (5,60%) ;
  • SSgA Funds Management (4,15%) ;
  • BlackRock Fund Advisors (2,41%) ;
  • Capital Research & Management (2,13%) ;
  • Fidelity Management & Research (2,02%) ;
  • Geode Capital Management (1,39%) ;
  • Regents of the University of California (1,32%) ;
  • Northern Trust Investments (1,25%) ;
  • Norges Bank Investment Management (1,07%).


La stratégie et le business model d’Apple

Au fil des décennies, la société fondée par Steve Jobs et ses collègues s’est distinguée dans deux secteurs majeurs : l’innovation technologique et le marketing


Innovation technologique

L’innovation constante et le talent des ingénieurs de l’entreprise américaine a permis de créer et de commercialiser des produits devenus indispensables au quotidien du grand public. Cette stratégie d’innovation était suivie en permanence y compris durant les périodes difficiles pour la société, notamment entre 2001 et 2004 où, alors que les ventes étaient en chute libre, le budget consacré à l’innovation continuait d’augmenter.

En outre, alors qu’une entreprise telle que Microsoft cherchait à implanter ses logiciels dans le plus de machines possible à travers le monde, Apple a suivi une stratégie opposée, en réservant ses logiciels à ses propres produits, mais en diversifiant largement ces derniers.

Ordinateurs personnels (Macbooks), smartphones (iPhones), tablettes tactiles (iPads), écouteurs sans fil (AirPods), montres connectées (Apple Watches)… Une diversité de produits toujours à la pointe de l’innovation et utilisant tous les logiciels de la marque à la pomme, notamment le système d’exploitation OS et la plateforme musicale iTunes.


Marketing

Qualifiée dès la fin des années 1990 “d’entreprise marketing de la décennie” par son ancien PDG John Sculley, Apple a également su créer une image de marque et une identité visuelle extrêmement fortes au cours de son Histoire. Des compétences marketing remarquables, incarnées notamment par l’ancien PDG d’Apple Steve Jobs, décédé en octobre 2011, dont l’inventivité et le charisme ont grandement contribué au succès de la marque.

Logo et design très épuré immédiatement reconnaissables, slogans percutants et publicités marquantes… L’ancien patron d’Apple a également su fasciner et fidéliser de nombreux consommateurs grâce à ses présentations (keynotes) régulières des nouveaux produits de la marque, si bien que certains se comportent comme de véritables fans (en témoignent les files d’attente parfois interminables devant les Apple Stores à chaque nouvelle sortie !).


Rachats ciblés

Enfin, comme tous les géants du numérique, Apple a mis en place une stratégie de rachats ciblés afin de maintenir sa croissance, de conserver sa position hégémonique et d’élargir sa base clients. 

C’est ainsi que la firme a acquis :

  • NeXT (entreprise d’informatique) en 1997 ;
  • P.A. Semi (entreprise de semi-conducteurs) en 2008 ;
  • Siri (logiciel de commande vocale) en 2010 ;
  • Beats Electronics (entreprise d’équipements audios et de streaming) en 2014 ;
  • Turi (entreprise spécialisée dans l’intelligence artificielle) en 2016
  • Real Face (entreprise spécialisée dans la reconnaissance faciale) en 2017.


L’action Apple

Cotée sur le NASDAQ depuis le 12 décembre 1980, l’action Apple (AAPL) est à l’heure actuelle l’un des titres financiers les plus scrutés du marché par les investisseurs. À la fin du mois de mai 2021, le cours de l’action Apple se situait aux environs de 127 dollars.

Son code de cotation ISIN est le suivant : US0378331005.

Cours Action Apple 6 mois
Cours de l’action Apple – 1er Semestre 2021


Historique de l’action Apple


Les débuts difficiles

À l’origine spécialisée dans la conception et la vente d’ordinateurs personnels, Apple émet ses premiers titres en bourse le 12 décembre 1980 au prix de 22 $ l’unité. C’est alors près de 4,6 millions d’actions qui sont mises en vente, dont la valeur monte de 30% dès l’ouverture, pour clôturer au prix de 29 $. L’entreprise américaine vaut alors déjà près d’1,8 milliard de dollars sur le marché.

Cependant, les années 1990 se révèlent particulièrement difficiles pour la société qui connaît de lourdes pertes financières et plusieurs changements au niveau de sa direction. L’échec du Newton, l’ancêtre de l’iPad dont le développement initié en 1993 est finalement abandonné en 1998, est particulièrement dommageable pour Apple qui licencie en masse au cours de la période. 

Le 20 décembre 2002, après des rumeurs de faillite et plusieurs années de dégonflement de la bulle technologique, le titre de la société ne vaut plus qu’environ 1 $ !


Le décollage des années 2000

Mais Apple n’a pas dit son dernier mot. Sous la direction de Steve Jobs, l’entreprise diversifie largement ses produits : ordinateur personnel nouvelle génération (iMac), baladeur MP3 (iPod), plateforme de téléchargement musical (iTunes) et, bien sûr, lancement de l’iPhone en janvier 2007. Le succès de ces produits fait remonter le cours de l’action, qui atteint 36,6 $ en juillet 2005 et 194,2 $ en décembre 2007.

Seulement la crise des subprimes n’épargne pas la firme à la pomme : le titre touche alors un point bas à seulement 11,2 $ en novembre 2008, avant de redécoller de plus belle au cours des années suivantes, grâce à l’engouement global pour ses iPhones et iPads : un point haut à 100,7 $ est touché en septembre 2012.

Malgré des fluctuations liées à la conjoncture économique, l’action Apple poursuit sa progression dans les années suivantes. Début 2018, le titre affiche un prix historique de 198 $ et une progression de +17% sur l’année écoulée.

Marquée par la crise du Covid-19, l’année 2020 fait de nouveau toucher un point bas au cours de l’action, qui remonte cependant très rapidement, affichant une performance de +123%. Aujourd’hui cotée à 127 $, l’action Apple a progressé de +1 585% en 10 ans.


Les arguments en faveur d’une hausse de l’action Apple

Apple présente de nombreux points forts qui laissent présager de la future hausse de son titre financier. 

Tout d’abord, l’entreprise américaine affiche des résultats financiers très positifs et en progression : une capitalisation totale record de 2 300 milliards de dollars en janvier 2021, un chiffre d’affaires de 274,5 milliards de dollars ainsi qu’un résultat net de 57,4 milliards de dollars en 2020. 

De plus, Apple déclare un bénéfice net par action de 3,31 $ sur l’année 2020, ce qui représente une rentabilité bénéficiaire de 2,87 $.

En outre, un indice majeur réside dans le budget colossal qu’Apple consacre à sa section Recherche & Développement (R&D), afin de constamment améliorer ses produits pour faire face à la concurrence et aux enjeux technologiques de demain. Le média iPhoneSoft nous apprend ainsi qu’au dernier trimestre 2020, l’entreprise américaine a augmenté son budget R&D de 21,12% par rapport à l’année précédente, ce dernier s’élevant à 4,98 milliards de dollars !

Apple jouit bien sûr par ailleurs d’une position de leader sur son marché. Multinationale implantée dans près de 25 pays, ses différents produits sont tous des best sellers dans leur secteur, si bien qu’il est plus que complexe pour les concurrents de la marque à la pomme de menacer son hégémonie.

De manière tout à fait liée, Apple bénéficie d’une image de marque très forte : les clients ayant acquis un produit phare de la marque ont tendance à s’équiper par la suite intégralement en produits Apple et à rester particulièrement fidèles à l’enseigne. Un avantage de poids qui laisse là encore présager du futur radieux de l’entreprise.


Les arguments en faveur d’une baisse de l’action Apple

Malgré les nombreux points forts affichés par la société, Apple présente également quelques faiblesses qui pourraient potentiellement menacer l’avenir de son titre financier.

En tant que leader sur son marché, Apple doit bien entendu faire face à une concurrence féroce. Qu’il s’agisse de Samsung sur le marché des smartphones, de Microsoft, Sony, HP ou Asus sur le marché des ordinateurs personnels, de Toshiba, Acer ou encore Amazon sur celui des tablettes tactiles… De nombreux géants du numérique tentent chaque année de s’imposer face à la marque à la pomme.

En outre, Apple doit régulièrement faire face à des controverses, menant bien souvent à des batailles juridiques qui entachent sa réputation auprès des consommateurs et l’amènent à payer un certain nombre d’amendes. L’entreprise américaine se voit en effet régulièrement reprocher les conditions de travail de ses ouvriers (notamment en Chine), sa politique de prix exponentielle, son mépris des normes environnementales (notamment dans le recyclage de ses produits), et s’est vue accuser à plusieurs reprises de pratiquer l’obsolescence programmée par différentes associations.


Comment trader l’action Apple ?

Afin d’acheter ou de vendre des actions sur les marchés financiers, vous devez recourir aux services d’un broker en ligne spécialisé

En conséquence, si vous désirez investir simplement dans la société créée par Steve Jobs et ses collègues, il vous faut avant tout choisir une offre de courtage parmi les nombreuses disponibles en ligne à l’heure actuelle, et ce, en fonction de votre profil d’investisseur et de vos objectifs. 

Si vous souhaitez plutôt spéculer sur la valeur de l’action Apple Amazon à court terme, c’est-à-dire tenter de générer des plus-values que ce soit à la hausse ou à la baisse (Vente à découvert), vous pouvez utiliser des Contrats sur la différence (CFD), disponibles chez la plupart des brokers.

Sachez toutefois que peu importe vos choix et vos objectifs d’investissement, les marchés financiers présentent toujours des risques. Veillez donc à bien respecter les bonnes règles du Money Management en toute circonstance, afin de limiter vos pertes financières et d’optimiser par la même vos plus-values !

Enfin, pensez également à investir en parallèle de la valeur Apple sur différents titres financiers afin de diversifier votre portefeuille et de limiter ainsi votre exposition au risque spécifique à cette seule action.

Checklist 2021 du Trader débutant