17 conseils sérieux pour bien investir en bourse en 2021

investir en bourse

Dès le premier jour, le parcours de l’investisseur est semé d’embûches. Afin de vous aider à surmonter toutes ces épreuves, voici nos conseils pour débuter dans l’investissement boursier dans les meilleures conditions.

L’investissement financier participe de votre patrimoine financier, mais également à la croissance économique à l’échelle nationale comme mondiale. Afin que vos prises de position vous rapportent autant à vous qu’à l’économie sur le long terme, nous vous proposons 17 conseils pour bien investir en bourse !

 

1. Soyez au clair sur vos motivations

Avant même de vous lancer dans l’investissement boursier, la première chose à faire est d’être honnête avec vous-même. Ainsi, demandez-vous clairement : “ Pourquoi j’investis ?” et prenez le temps de répondre avec clarté et honnêteté à cette question.

Certains profils privilégient la spéculation à court terme sur les marchés financiers afin de tirer profit des variations des cours boursiers, alors que d’autres préfèrent investir sur le long terme dans le but, non seulement de voir leur patrimoine prospérer, mais aussi de soutenir l’économie.

 

2. Formez-vous pour bien maîtriser les bases

Bien qu’en investissement, la formation ne s’arrête jamais vraiment, il vous faudra bien commencer quelque part. Afin de vous familiariser avec le monde de l’investissement, de nombreuses formations gratuites sont accessibles en ligne.

Vous pouvez notamment passer par les tutoriels et études de cas en vidéo (Youtube regorge de chaînes intéressantes à ce sujet), les articles et formations sur les sites de courtiers, ou les forums plus spécialisés.

Pour acquérir des connaissances solides, vous pourrez également suivre une formation Trading payante. Toutefois, prenez garde : une formation coûteuse n’est pas un gage de qualité ! L’essentiel de ce que vous devez savoir pour commencer à investir ne devrait même pas vous coûter plus de 100€.

Notre initiation au Trading à destination des Traders débutants vous apportera par exemple l’essentiel des connaissances nécessaires pour commencer à Trader sérieusement.

 

3. Commencez par investir en bourse avec un compte de démonstration

Une fois les fondamentaux acquis durant votre formation initiale, il est temps de transformer vos connaissances théoriques en compétences pratiques ; et pour cela, rien de tel que de passer par un compte de démonstration !

Cette démarche présente plusieurs intérêts :

  • se familiariser au fonctionnement d’une plateforme de Trading ;
  • s’initier à la pratique du Trading sans risque ;
  • tester de nouvelles stratégies de Trading.


La plupart des brokers en ligne mettent à disposition des Traders débutants un compte de démonstration gratuit. Le courtier s’offre ainsi l’occasion de mettre en avant la qualité de sa plateforme de Trading et de fidéliser l’investisseur.

Un capital fictif, mais des cotations et graphiques en temps réel, vous disposerez ainsi de tous les outils nécessaires pour commencer à investir sans stress !

Quels conseils spécifiques à l’utilisation d’un compte de démonstration :

  • testez les fonctionnalités de la plateforme de Trading en profondeur afin d’acquérir une maîtrise parfaite de l’outil ;
  • pratiquez suffisamment longtemps afin de vous assurer de la fiabilité de vos compétences ;
  • soyez vigilants sur les quelques différences susceptibles d’exister entre un compte fictif et un compte réel (spread, frais de courtage, fiscalité…)

Bon à savoir

Un nom et une adresse mail suffisent généralement à ouvrir un compte chez votre courtier en ligne pour accéder à votre compte de démonstration gratuit.


4. Lisez les informations économiques régulièrement

information économique

La découverte de tous les graphiques et indicateurs techniques peut générer beaucoup d’excitation dans les premiers temps. Attention toutefois à ne pas vous perdre dans l’analyse technique !

Gardez la tête froide et restez au courant de l’information économique au quotidien. Le calendrier économique est un autre outil mis à disposition par la plupart des brokers en ligne afin de vous tenir informé des annonces à venir.

Les informations clés d’un calendrier économique comprennent entre autres :

  • l’heure de publication des annonces officielles ;
  • les derniers chiffres publiés ;
  • les prévisions des analystes ;
  • la devise ou valeur concernée ;
  • le niveau d’importance de l’annonce.


L’ensemble de ces paramètres influera sur la tendance non seulement une fois la publication rendue officielle, mais aussi en amont, d’où la célèbre expression “acheter la rumeur, vendre la nouvelle” !

Bien qu’il soit primordial de prendre en compte l’actualité économique, le Trading sur annonce est déconseillé si vous débutez en bourse. En effet, les risques sont nombreux lorsque vous tentez d’interpréter l’information.

 

5. Fixez-vous des objectifs clairs

Simple, mesurable, applicable, réalisable et temporel : voilà comment la méthode SMART définirait un objectif de qualité.

En l’occurrence, cela pose plusieurs questions quant à vos objectifs de Trading :

  • Quelle plus-value souhaitez-vous atteindre, et à quelle fréquence ? S’agit-il d’un complément de salaire ? Souhaitez-vous vivre du Trading ou bien désirez-vous simplement dégager un peu de temps libre, voire investir simplement pour le plaisir ?

  • De quels moyens disposez-vous pour atteindre votre objectif ? Possédez-vous un matériel (ordinateur, logiciel, connexion) de qualité, êtes-vous suffisamment bien formé, combien de temps libre avez-vous chaque jour, chaque semaine ou chaque mois ?

  • Votre objectif tient-il compte de votre niveau de connaissance, de votre capital de départ ainsi que du temps dont vous disposez pour gérer vos investissements ?

  • Dans quels délais souhaitez-vous atteindre vos objectifs ? Avez-vous une deadline fixe ou au contraire mensuelle, annuelle ?

6. Identifiez votre profil de risque

En tant qu’investisseur, votre profil de risque définit la hauteur du capital que vous êtes prêt à investir ainsi que votre style de Trading.

Votre profil peut a priori se décliner en quatre statuts :

  • extrêmement défensif ;
  • défensif ;
  • dynamique ;
  • extrêmement dynamique.


Ces termes définissent à quel point l’investisseur présente une aversion au risque ou, au contraire, un attrait pour une gestion active de son capital. Selon votre profil de risque, il sera plus aisé d’évaluer le budget à investir, le Retour sur investissement (ROI) attendu ainsi que la force de l’effet de levier à mettre éventuellement en place sur vos prises de position.

Des critères comme l’âge, la situation professionnelle et personnelle, ainsi que la psychologie (résistance au stress) permettent de mieux cibler votre profil de risque.

7. Apprenez à contrôler vos émotions

contrôler ses émotions

Si le Trading haute fréquence prend une part grandissante sur les marchés financiers, c’est bien parce que les algorithmes n’ont pas d’émotions ! Pour vous qui en êtes (heureusement) pourvu, les choses sont plus compliquées…

Le premier facteur de moins-value dans l’investissement est en effet l’émotion. Bien qu’on pense immédiatement à l’impact du stress et de la pression lors de la prise de position et de la sortie de position, d’autres émotions sont à prendre en compte.

Parmi elles :

  • la frustration d’un Trade perdant ;
  • la peur de perdre votre capital ;
  • la colère face aux mouvements de tendance imprévus ;
  • l’euphorie qui retarde trop la sortie de position ;
  • la dépendance qui vous pousse à prendre trop souvent position.


C’est là tout l’enjeu lorsque vous passerez d’un compte de démonstration à un compte réel : les émotions en seront décuplées et, de fait, seront plus complexes à gérer.

Ainsi, la formation théorique la plus poussée restera insuffisante tant que vous n’aurez pas effectué un travail de longue durée sur vous-même. Vous le comprendrez bien vite, un mode de vie sain et équilibré accompagné de pratiques sportives et méditatives peut s’avérer nécessaire pour supporter à long terme la stimulation de l’investissement financier.

8. Vérifiez que votre intermédiaire financier est régulé

Toutes les deux semaines, l’Autorité des marchés financiers (AMF) met à jour sa liste noire répertoriant l’intégralité des sites identifiés et reconnus comme frauduleux. Usurpation du site d’un courtier reconnu ou d’un site gouvernemental, technique commerciale répréhensible… les arnaques sont nombreuses.

Depuis la crise sanitaire de 2020, l’intérêt des particuliers pour la bourse a autant augmenté que le nombre de sites douteux. Si les options binaires ne sont plus d’actualité depuis plus d’un an, d’autres escroqueries voient régulièrement le jour : restez donc sur vos gardes !

Bien qu’il n’existe pas de liste blanche publiée par l’AMF, il vous reste possible de passer par des sites comme REGAFI. En parallèle, il demeure conseillé de consulter par vous-même l’historique d’entreprise de votre courtier ainsi que les avis clients sur les forums dédiés.

9. Connaissez votre fiscalité

Générer des revenus bruts c’est bien, mais connaître votre fiscalité et vos revenus nets en tant que Trader, c’est mieux !

En tant que Trader particulier, c’est le Prélèvement fiscal unique (PFU) qui s’appliquera en termes de fiscalité. Ce dernier représente 30% de vos plus-values et est composé de 17,2% de contributions sociales et de 12,8% d’impôt sur le revenu (IR).

Lorsque viendra le moment de déclarer vos gains, ce sont les lignes 3VG et 3VH qui devront attirer votre attention sur la déclaration de revenus. Les plus et moins-values enregistrées sur les marchés financiers sont considérées comme des plus ou moins-values mobilières.

Bon à savoir

Les pertes subies dans vos investissements pourront être reportées sur les 10 prochaines années d’imposition, réduisant ainsi la charge fiscale de vos bénéfices futurs !


Notez que votre pays de résidence aura un impact sur votre fiscalité – les informations fournies ici concernent bien entendu les résidents français.

De plus, vous pourrez être considéré comme Trader professionnel dans le cas où vos trades deviendraient très réguliers et deviendront votre source de revenus principale. Le mieux reste de vérifier auprès de votre service des impôts.

Bon à savoir

Afin de vous aider à remplir votre déclaration de revenus, de nombreux courtiers et banques délivrent un Imprimé fiscal unique (IFU) à envoyer en début d’année.


10. Commencez par la gestion passive 

En 1970, Eugène Fama publie un article intitulé “Efficient Capital Markets : a Review of Theory and Empirical Works”. Celui-ci vient renforcer la fameuse théorie d’efficience des marchés, selon laquelle il est impossible de battre le marché.

Si cette hypothèse est débattue, il n’en reste pas moins que 90% des spéculateurs particuliers perdent de l’argent sur le long terme. La gestion passive vous permet dès lors non pas de viser à battre le marché, mais seulement de répliquer sa performance.

De cette façon, votre prise de risque s’en trouve considérablement réduite et vous êtes en mesure d’assurer un revenu plus stable.

Les pratiques telles que la diversification et le time in market (qui vise à prendre position au plus tôt afin de maximiser les gains sur la durée) correspondent à cette idée de la gestion passive (aussi appelé lazy investing).

11. Entourez-vous d’autres investisseurs

Quelle que soit la pratique exercée, la stimulation est toujours plus forte lorsqu’on est accompagné. Il en va de même pour l’investissement boursier !

S’engager dans la communauté des Traders particuliers au travers des forums et webinaires est un premier pas, mais vous pouvez également trouver un mentor pour vous tirer vers le haut en permanence, ou un partenaire d’investissement afin de partager vos découvertes respectives.

Le tout est d’être proactif dans cette démarche afin de s’entourer au mieux de personnes motivées, bienveillantes et si possible expertes dans leur domaine : la recherche de l’excellence demande de l’endurance. Comme dit le proverbe : “seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin” !

12. Faites attention aux frais de courtage

Nous avons évoqué plus tôt la notion de gestion passive ; celle-ci présente également l’avantage de diminuer les frais de courtage puisqu’elle ne demande pas le travail d’autant d’intermédiaires que la gestion active.

En effet, les brokers et les banques prélèveront de multiples frais de courtage tels que :

  • les commissions (spreads) ;
  • les frais de dépôt ;
  • les frais de retrait ;
  • les frais de garde ;
  • les frais d’abonnement (selon les cas) ;
  • les frais de gestion ;
  • les frais annexes.


Si le montant moyen des frais de courtage a été divisé par 10 en 10 ans, il reste impératif d’
adopter des solutions pour parer ces coûts qui, à la longue, pèsent sur vos plus-values. 

Mieux vaut donc :

  • comparer les offres de courtage selon les frais inclus ;
  • passer vos ordres en ligne et non par téléphone ou par agence ;
  • choisir votre broker selon vos besoins précis.

     

13. Diversifiez votre patrimoine

diversification

“Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier” : cette expression s’applique plus que jamais à l’investissement financier ! 

Il existe plusieurs moyens de diversifier votre portefeuille boursier :

  • varier les classes d’actifs ;
  • varier les secteurs d’investissement ;
  • varier le niveau de capitalisation boursière des entreprises choisies ;
  • varier les zones géographiques.


De plus, il est communément admis qu’investir plus de 5% de votre capital dans une prise de position est peu prudent : veillez donc à
limiter le montant de vos investissements, quand bien même vous auriez la certitude de réussir votre Trade ! Pour aller plus loin dans cette pratique, nous vous conseillons cet article sur l’importance de la diversification.

14. Prenez en compte le risque de change

Si le Forex permet à de nombreux investisseurs de créer une plus-value à partir de la variation des taux de change entre deux devises, le risque de change demeure un facteur de perte important.

En investissant à l’international, vous vous exposez automatiquement à ce risque financier. Pensez à prendre en compte ces variations de valeurs relatives entre deux devises afin d’en tirer profit plutôt que de réduire vos plus-values !


15. Méfiez-vous des rumeurs

Nous avons parlé du calendrier économique et de l’impact des annonces qu’il contient. Si ce dernier est un instrument indispensable pour ne pas être pris au dépourvu par un éventuel retournement de tendance, mieux vaut se méfier des rumeurs non officielles.

En effet, de nombreuses sources visent à manipuler le marché (une pratique d’ailleurs répréhensible) dans un intérêt personnel, afin d’influencer la tendance et de générer des profits à contre-courant.

Une fois de plus, ces rumeurs font partie des facteurs ayant un impact psychologique sur les investisseurs ; vous devez rester de marbre face à toutes ces incertitudes extérieures et, dans la mesure du possible, les bannir de votre environnement.

16. Attention au délit d’initié

Le délit d’initié, lui, ne se fonde pas sur des rumeurs, mais bien sur des informations solides. Seul bémol : pour être exploitée, une information doit être publique ! Tout investisseur bénéficiant d’informations privées et s’en servant pour investir en amont de leur publication commet un délit d’initié.

Cette infraction pénale est passible d’une amende (jusqu’à 1 500 000 € pour une personne physique et 100 000 000 € pour une personne morale) et d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans. Autant dire que cette pratique anticoncurrentielle est à proscrire !

On distingue deux types de délits d’initié :

  • le délit d’initié direct (où la personne est à la source de l’information) ;
  • le délit d’initié indirect (où la personne est un intermédiaire et accède à l’information de par sa fonction – employé de banque, avocat, liquidateur…)

     

A noter

Le simple recel d’information ou la complicité sont également des faits condamnés par la loi.


17. Eloignez-vous des vendeurs de rêve

En menant vos recherches en ligne, vous tomberez sur de nombreuses annonces qui promettent une richesse facile au premier venu. Comprenez bien que si tel était le cas, tout le monde serait déjà riche dans le monde merveilleux de l’investissement boursier !

En outre, si par chance vous découvriez une recette miracle qui vous assurerez une rentabilité garantie, voudriez-vous vraiment la partager avec vos concurrents potentiels ?

Car il faut bien comprendre une chose : les 10% de Traders rentables n’existeraient pas sans les 90% perdants… Ainsi, les gains potentiels sont toujours proportionnels au risque.

A présent, vous avez toutes les cartes en main pour démarrer votre pratique du Trading dans les meilleures conditions ! Pour aller plus loin et affiner votre vision du Trading, découvrez par exemple nos 7 idées reçues sur le Trading.

Plus d'articles