Module 6 - Starter Pack

Références

  • Bientôt disponible

Pour aller plus loin

  • Bientôt disponible

Poser une question

Afin d’apporter une réponse à vos interrogations, l’offre My Starter Pack vous propose un suivi personnalisé.

Script de la Vidéo

Au cours du Module 5, nous avons découvert quels sont les 7 principaux risques liés au Trading. Il nous faut désormais nous intéresser à l’autre partie du couple Rendement / Risque, et donc traiter le rendement, c’est-à-dire la performance, et les moyens à notre disposition pour la mesurer.

Pour commencer, il est essentiel de comprendre qu’il existe différents types de performances. La première distinction que nous pouvons effectuer consiste à distinguer la performance nominale de la performance réelle.

La performance nominale est, tout simplement, la performance obtenue sur votre capital. 

Ainsi, si vous aviez de base un capital de 100€, et que vous disposez désormais d’un capital de 102€, vous avez réalisé une performance nominale de +2%.

Toutefois, cette performance correspond à une variation de votre capital, et non à une variation de votre pouvoir d’achat. En effet, elle ne tient pas compte du phénomène d’inflation présenté lors du Module 1 (la perte de valeur de la monnaie).

Pour interpréter plus justement une performance donnée, il est donc fréquent de corriger la performance nominale de l’inflation afin d’obtenir une performance dite “réelle”.

Pour reprendre notre exemple, si votre capital est passé de 100€ à 102€, et que l’inflation était de 1,5% sur la période considérée, votre performance nominale est bien de 2%. Cependant, votre performance réelle est de 2% moins 1,5% d’inflation ! soit +0,5%… Votre capital a donc bien progressé de +2%, mais le pouvoir d’achat de ce capital n’a quant à lui progressé que de +0,5.

Ainsi, bien que la performance nominale soit plus facile à calculer et à manipuler, la performance réelle permet d’avoir une vision plus juste, corrigée de l’inflation.

La deuxième distinction que nous pouvons effectuer consiste à distinguer la performance brute de la performance nette. 

La performance brute est, tout simplement, la performance obtenue sur un placement financier hors frais et hors impôts. Le capital ponctionné par les frais, et celui prélevé par les impôts, sort de votre portefeuille. Par conséquent,  vous devez en tenir compte lors de l’analyse d’une performance. 

Certaines performances brutes peuvent en effet avoir l’air particulièrement alléchantes, mais ne plus être attractives du tout une fois calculées en net !

Sur les différentes performances financières, plusieurs indicateurs de performance sont généralement utilisés par les investisseurs afin d’obtenir une vision plus juste des résultats obtenus par un placement donné.

Une performance donnée n’ayant aucun sens si l’on ne connaît pas le niveau de risque pris par l’investisseur pour l’obtenir, deux indicateurs de performances permettent de se faire une idée plus précise du rendement d’un investissement.

Dans la communauté des gestionnaires, le Ratio de Sharpe est sans doute l’indicateur le plus répandu. Cet indicateur permet en effet de mesurer la performance obtenue par unité de risque. 

Le Ratio de Sharpe compare deux performances obtenues grâce à des niveaux de prise de risque différents, les ramenant ainsi sur un même pied d’égalité. Il permet, de fait, de déterminer quel investissement à rapporter le plus haut rendement, par unité de risque.

En revanche, dans la communauté des spéculateurs, l’indicateur de performance le plus utilisé est sans doute le Profit Factor. Il consiste à diviser la somme des gains réalisés par la somme des pertes enregistrées. 

N.B. : Vous pouvez retrouver le détail de ces deux indicateurs dans les ressources de cette vidéo. 

En résumé, une performance doit toujours être analysée à la lumière du risque pris pour l’obtenir – le fameux couple rendement/risque. En outre, plutôt que d’analyser une performance seule, il est toujours plus intéressant de la comparer aux performances obtenues par d’autres placements, sur une période équivalente. 

Par exemple : comparer la performance d’un portefeuille investi en actions à celle d’un indice boursier dont la composition serait relativement proche. En effet, une performance de +20% peut tout à fait sembler excellente, cependant si votre indice de référence a quant à lui réaliser une performance de +30%, il peut s’agir finalement d’une contre- performance… À l’inverse, une baisse de performance de -5%, dans le cas où votre indice de référence en a perdu 30%, ressemble déjà relativement à une belle performance !

Toutefois, au-delà des différents types de performance présentés précédemment (et de leurs différents indicateurs), in fine, c’est bel et bien l’évolution de votre pouvoir d’achat qui compte.

Tenir compte de l’inflation est une première étape pour mesurer cette évolution. Cependant, elle reste très imparfaite. En effet, il y a assez peu de chance que vos dépenses soient les mêmes que celles utilisées pour calculer l’indice des prix et mesurer l’inflation officielle…

Afin de suivre plus précisément votre pouvoir d’achat, une bonne piste consiste par exemple à calculer la part de vos dépenses de consommation annuelle, par rapport à votre capital, dans le but de vérifier que celle-ci diminue bel et bien au fil du temps – tout du moins, si cette part ne diminue pas, que cette stagnation ou cette hausse est pour autant bien compensée par une amélioration de votre style de vie ! 

D’où l’intérêt, à nouveau, de vous fixer des objectifs d’investissement et de consommation précis, pour voir s’ils sont atteints ou non.

En conclusion de ce module : lorsque vous analysez une performance, commencez toujours par vous demander s’il s’agit d’une performance nominale ou d’une performance réelle, corrigée de l’inflation. Demandez-vous également toujours s’il s’agit d’une performance brute ou d’une performance nette, prenant déjà en compte les frais et les impôts.

Enfin, sachez qu’il existe des indicateurs tels que le Ratio de Sharpe ou le Profit Factor, afin de toujours analyser une performance à la lumière du risque pris pour l’obtenir.

D’un point de vue 100% pratique, soyez encore une fois précis sur vos objectifs d’investissement et de consommation, pour suivre l’évolution du paramètre le plus important : votre pouvoir d’achat !

Outils et Services pour passer à l'action

Les meilleurs Brokers

Les meilleurs Livres

Les meilleures Formations