Analyse technique : l’art d’investir grâce aux indicateurs techniques

L’analyse technique étudie le graphique boursier d’un produit financier pour identifier les meilleurs prix d’achat et de vente.

Contrairement à l’analyse fondamentale qui examine les fondamentaux économiques d’un actif financier, l’analyse technique se concentre uniquement sur l’historique de l’évolution des prix et des volumes.

Armé de formules mathématiques et de modèles probabilistes, l’analyste technique cherche à détecter des signaux de trading, c’est-à-dire des situations de marché statistiquement favorables pour acheter ou vendre le produit financier analysé.

Avertissement

Le Trading ne convient qu’à une clientèle avisée capable de comprendre le fonctionnement de produits financiers complexes (CFD, Futures, Options,…) et de supporter des risques élevés, dont des pertes rapides supérieures aux dépôts, notamment en raison de l’effet de levier. D’après l’AMF, près de 90% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent.

L’essentiel

  • L’analyse technique est une méthode d’analyse fondée sur l’étude de l’historique des prix et des volumes.
  • L’efficacité de l’analyse technique fait l’objet d’un vif débat entre ses adeptes et ses détracteurs.
  • Une large gamme d’outils et d’indicateurs techniques peuvent être utilisés pour tenter de déterminer les meilleurs prix d’achat et de vente grâce à l’analyse technique.

Comprendre l’analyse technique

L’analyse technique part du principe que l’historique des cours boursiers et des volumes de transactions seraient utiles pour prédire l’évolution future des prix du marché.

Selon ses adeptes, l’analyse technique permettrait d’anticiper le début ou la fin d’un mouvement de tendance et d’identifier plus précisément les niveaux de prix clés.

Utilisée seule ou combinée à d’autres méthodes d’analyses, cette approche peut aussi bien être utilisée dans le cadre d’une stratégie de trading de très court terme telle que le scalping, que pour des stratégies d’investissement actives de plus long terme telles que le position trading.

L’analyse technique fait appel à des indicateurs techniques, c’est-à-dire à des formules mathématiques dont les résultats sont représentés sur les graphiques de façon visuelle.

Plusieurs centaines d’indicateurs techniques sont aujourd’hui disponibles sur les meilleures plateformes de trading. Les analystes techniques choisissent donc souvent de se spécialiser sur une poignée d’entre eux pour créer leur propre boîte à outils.

Les limites de l’analyse technique

L’analyse technique vient à l’encontre de l’Hypothèse d’Efficience des Marchés formalisée par Eugène Fama en 1970 selon laquelle le prix d’un produit financier représente l’intégralité des informations disponibles (y compris celles contenues dans l’historique boursier).

En d’autres termes, l’évolution des prix suivrait une marche aléatoire et regarder le passé pour tenter de prédire l’avenir ne serait donc d’aucune utilité (si ce n’est pour avoir une idée partielle du champ des possibles).

Pour les détracteurs de l’analyse technique, le biais du survivant expliquerait l’efficacité apparente de certains indicateurs techniques. 

Autrement dit, avec des centaines de milliers d’actifs financiers en circulation, il ne serait pas surprenant d’observer quelques coïncidences troublantes, où un indicateur semble pour un temps prédire l’avenir comme par magie.

Aussi déroutantes soient-elles, ces analyses mises en avant par les adeptes de l’analyse technique ne seraient pourtant que le fruit du hasard, ou dans le meilleur des cas, d’une prophétie auto-réalisatrice.

Au sein même de la communauté des analystes techniques, certains membres rejettent d’ailleurs l’idée de tenter de prédire l’avenir, mais préfèrent présenter l’analyse technique comme un moyen de décrire objectivement une situation de marché.

Avec le développement du trading automatique, les indicateurs techniques sont en effet d’une grande utilité pour spécifier les conditions d’entrée ou de sortie de position d’un algorithme. 

Par exemple, prévoir l’achat d’une action lorsque la volatilité aura diminué laisse place à de nombreuses interprétations (qu’est-ce qu’une « volatilité faible » ?). En revanche, programmer l’achat d’une action lorsque son écart-type sera inférieur à 1 offre déjà un signal plus précis !

Panorama des indicateurs techniques

Un indicateur technique fournit des signaux d’achat et de vente à l’analyste technique. 

Il s’agit d’une formule mathématique plus ou moins complexe dont le résultat est représenté de manière visuelle directement sur le graphique des prix (indicateurs sur prix) ou juste à côté (indicateurs hors prix). 

Chaque indicateur est appliqué sur une période de temps donnée, exprimée sous la forme d’une quantité d’unités de temps (n). 

Par exemple, un indicateur technique paramétré sur 12 signifie que la valeur de l’indicateur technique sera calculée à partir des 12 dernières unités de temps du graphique. Sur un graphique en unité de temps « 1 heure », il sera donc calculé sur les 12 dernières heures.

Pour chaque unité de temps, 5 informations peuvent être utilisées pour calculer la valeur de l’indicateur :  

  • Le cours d’ouverture (Open)
  • Le cours de fermeture (Close)
  • Le cours le plus haut (High)
  • Le cours le plus bas (Low)
  • Le volume de transactions

Graphique ProRealTime Web de l’indice DAX 40. Une moyenne mobile simple de période 20 est ajoutée au graphique (courbe bleue en pointillés). Cet indicateur sur prix fait la moyenne des n dernières unités de temps. Sur ce graphique en unités de temps « 1 jour » et avec un paramètre de 20 périodes, chacun des points de la moyenne mobile correspond donc à la moyenne des 20 dernières séances boursières.

Le choix de la formule de l’indicateur technique, le paramétrage de sa période et le choix de l’unité de temps du graphique peuvent donc donner naissance à une infinité d’options.

Néanmoins, voici les indicateurs techniques les plus utilisés : 

Certains indicateurs techniques qualifiés d’oscillateurs sont bornés entre deux valeurs (par exemple entre 0 et 100), tandis que d’autres sont ouverts (sans bornes, de moins l’infini à plus l’infini).

Graphique ProRealTime Web du Future CAC 40 avec l’indicateur RSI en bleu (indicateur borné entre 0 et 100), et juste en dessous, l’indicateur MACD non borné.

Les indicateurs de tendance fournissent des indications sur le sens de la tendance, quand d’autres indicateurs donnent des informations sur la force du mouvement en cours ou sur les niveaux de prix à surveiller plus particulièrement.

Enfin, si certains indicateurs techniques se concentrent sur un seul graphique boursier, d’autres plus complexes croisent différents graphiques (soit pour un même actif, mais avec des unités de temps différentes, soit carrément sur des actifs différents dans le but de réaliser une étude comparative).

Bon à savoir : 

Les divergences techniques correspondent à des situations atypiques au cours desquelles les cours boursiers vont dans un sens mais où l’indicateur technique fait du surplace (ou part carrément dans l’autre sens). L’apparition d’une divergence est interprétée comme un signal de perte de vitesse de la tendance en cours.

Panorama des figures chartistes

Sous-ensemble de l’analyse technique, le chartisme se fonde sur la reconnaissance de figures plus ou moins géométriques récurrentes sur les marchés : les figures chartistes.

À la base de l’analyse chartiste se trouvent deux concepts clés : le support et la résistance

Un support est un niveau de prix susceptible de stopper un mouvement baissier et d’entraîner un rebond des prix. À l’inverse, une résistance est un niveau de prix susceptible de bloquer un mouvement haussier et d’entraîner un recul des prix. Si ces niveaux de prix peuvent être fixes au fil du temps (droites horizontales), ils peuvent également être dynamiques (droites obliques).

Graphique ProRealTime Web de l’indice Dow Jones. La droite horizontale rouge positionnée au niveau du dernier point haut notable représente une résistance susceptible de bloquer la hausse des prix. La droite horizontale verte positionnée au niveau du dernier point bas notable représente un support susceptible de stopper la baisse des prix. La droite oblique bleue correspond quant à elle à une ancienne résistance (ayant par le passé bloqué la progression des prix à trois reprises) susceptible désormais de faire office de support.

Si plusieurs méthodes sont utilisées pour matérialiser les supports et résistances, la plus commune consiste à passer par les derniers points bas remarquables pour dessiner les supports et à passer par les derniers points hauts notables pour tracer les résistances.

Bon à savoir

Sur les meilleurs logiciels de trading, des outils de tracés automatiques permettent d’afficher les supports et résistances d’un graphique boursier en un clic.

Sur la base des supports et résistances identifiés, l’analyse technique peut alors détecter la formation de certains motifs caractéristiques des fameuses figures chartistes.

Type de figures
chartistes
Signal de tradingExemples
Figure de retournementChangement de tendanceDouble Top
Double Bottom
Triple Top
Triple Bottom
Figure de continuationPoursuite de la tendanceCanaux
Drapeau
Fanion
Tasse avec anse

Graphique ProRealTime Web de l’action Microsoft. Les prix ont formé une figure chartiste de retournement qualifiée de « triple Top » (en noir) en échouant à trois reprise sur la résistance horizontale (en rouge). La rupture du support horizontal (en vert) donnait un objectif théorique correspondant au point de départ de la figure, soit au niveau de la droite pointillée bleue. Cette fois-ci, il sera atteint quelques jours plus tard.

Bon à savoir

Chaque figure chartiste s’accompagne d’un seuil de déclenchement, d’un niveau d’invalidation du scénario et d’un objectif de cours théorique. Ces niveaux sont utilisés par les analystes pour placer leurs ordres de bourse, à commencer par leurs ordres stop-loss et take profit.

Au-delà des figures chartistes, les analystes techniques peuvent aussi recourir à d’autres outils de dessin tels que les retracements de Fibonacci, la fourchette d’Andrew, ou encore, l’éventail de Gann.

Graphique ProRealTime Web de l’indice NASDAQ Composite. Suite à l’impulsion haussière initiale, les prix sont revenus tester le retracement de Fibonacci des 61,80% avant de repartir à la hausse.

Enfin, les points Pivots et leurs déclinaisons sont également utilisés pour baliser la séance de trading avec un point central (le point pivot) et plusieurs supports et résistances.

Les différents types de points pivots :

  • Points pivots traditionnels
  • Points pivots de Camarilla
  • Points pivots de Fibonacci
  • Points pivots de Woodies
  • Points pivots de Demark

Graphique ProRealTime Web de l’indice CAC 40. Les prix testent à plusieurs reprises le point pivot (en noir) avant de s’orienter à la baisse et de venir tester le Support 2 (en vert), puis de repartir de nouveau au contact du point pivot.

Panorama des modes de représentation graphique

Assimilables à des indicateurs techniques simples, les modes de représentation graphique choisis pour représenter l’évolution des cours boursiers offrent aussi leurs propres signaux de trading.

Si le mode de représentation par défaut reste la courbe (linechart), il existe de nombreuses alternatives possibles pour afficher l’historique des prix sur son écran de trading.

Modes de représentation graphique les plus populaires : 

  • Le linechart
  • Le barchart
  • Les chandeliers japonais ou bougies japonaises
  • Heikin Ashi
  • Les points et figures

Bon à savoir

L’analyse technique se rapproche souvent de l’analyse comportementale. L’interprétation des chandeliers japonais propose par exemple une lecture psychologique du marché avec son étude attentive du rapport de force entre acheteur et vendeurs.

Les modes de représentation graphique les plus sophistiqués peuvent renvoyer aux analystes techniques leurs propres signaux de trading. 

Qualifiée de Price Action, cette approche minimaliste de l’analyse technique consiste à se passer d’indicateurs techniques pour ne suivre que l’évolution des prix.

Pour paramétrer son graphique de prix, il est alors possible de jouer sur plusieurs leviers tels que l’unité de temps, le nombre d’unités affichées, ou encore, l’échelle.

L’unité de temps (UT) correspond à la durée de chacune des unités affichée sur le graphique. Par exemple : 2 minutes, 15 minutes, 1 jour, 1 semaine…

Le nombre d’unités correspond à la quantité d’unités de temps affichées sur la fenêtre du graphique. Par exemple, un graphique en unité de temps « 1 jour » composé de 50 unités de temps, affichera les cours des 50 dernières séances boursières.

Enfin, il est également possible de jouer sur les échelles du graphique pour mieux faire ressortir telle ou telle information.

L’échelle des ordonnées (c’est-à-dire l’axe vertical qui représente le niveau des prix) est par défaut linéaire, c’est-à-dire que la distance pour passer de 1 à 2 et la même que pour passer de 2 à 3 ou de 100 à 101. 

Il est toutefois possible d’utiliser une échelle logarithmique pour que le graphique soit moins « écrasé » et que les mouvements de prix puissent être comparés les uns aux autres en termes de pourcentages plutôt qu’en termes absolus.

Graphique ProRealTime Web de l’action Nvidia en échelle linéaire. Les dernières variations de prix rendent illisibles les fluctuations des premières années. Une hausse de 1$ en 2024 a la même taille qu’une hausse de 1$ en 2013.

Graphique ProRealTime Web de l’action Nvidia en échelle logarithmique. Les fluctuations de prix des premières années ne sont plus écrasées. Une hausse de 10% en 2013 a la même taille qu’une hausse de 10% en 2024.

L’échelle des abscisses (c’est-à-dire l’axe horizontal qui représente généralement le temps) peut être modifiée pour ne plus dépendre du temps qui passe, mais du nombre de transactions avec une échelle en « ticks » par exemple.

Un tick correspond à une transaction du marché. Plus le marché est actif, plus le nombre de tickets par minute est élevé, et inversement. 

Plutôt que d’utiliser une unité de temps (« 2 minutes » par exemple), un analyste technique peut choisir d’utiliser un nombre de ticks (« 20 ticks » par exemple). 

Ainsi, plutôt que d’avoir un graphique qui avancerait à rythme constant, avec une nouvelle unité de temps dessinée toutes les 2 minutes, le rythme d’avancement dépendra du niveau d’activité du marché. Plus le marché sera actif, plus le graphique avancera vite, et à l’inverse, plus le marché sera calme, plus le graphique avancera doucement.

Bon à savoir

La qualité du flux de données de la plateforme de trading est essentielle pour ne pas avoir de retard sur le marché. Une connexion directe aux bourses, un flux Push et des données tick par tick seront la garantie de disposer d’informations véritablement en temps réel.

L’analyse des volumes

Les volumes de transactions et les positions ouvertes sur l’actif analysé permettent de compléter l’analyse technique pour nuancer la force des signaux de trading identifiés.

Plus les volumes de transaction seront importants, plus le signal de trading sera considéré comme fort. Et inversement, plus les volumes seront faibles, plus la probabilité d’un faux-signal sera élevée aux yeux de l’analyste technique. 

Les volumes permettent de compléter la grille de lecture et de vérifier en direct la cohérence de d’une analyse. Si les volumes augmentent au contact des supports et résistances, alors le travail d’identification des niveaux clés a bien été réalisé. 

En revanche, si le marché franchit ses niveaux clés sans changement notable sur les volumes, alors il se pourrait bien que l’analyste technique soit à côté de la plaque !

La présence de gaps de cotation est également très suivie par les analystes techniques. Ces décalages de prix soudains (lorsqu’ils sont accompagnés de volumes significatifs) peuvent en effet apporter leur propre lot d’informations.

Types de gapCaractéristiquesSignal de trading
Gap communTaille modeste
Rapidement comblé
Aucun
Gap de continuation
(Runaway gap)
Dans le sens de la tendance
Franchissement d’un niveau clé 
Forts volumes
Poursuite de la tendance
Possible d’être à mi-chemin
Gap de rupture
(Breakaway gap)
Forte amplitude
News importante
Début d’une nouvelle tendance
Gap terminal
(Exhaustion gap)
Excès d’euphorie ou de panique
Rapidement comblé
Fin de la tendance en cours

Bon à savoir

Un gap est « comblé » lorsque les prix du marché reviennent sur l’espace de cotation  laissé vierge lors de l’apparition du gap.

Apprendre l’analyse technique

L’analyse technique et son jargon sont un vaste domaine. Pour débuter dans l’analyse technique, la meilleure option reste de lire les livres des meilleurs analystes techniques.

Quelques exemples de livres sur l’analyse technique : 

Plusieurs de ces ouvrages s’accompagnent d’ailleurs d’exercices pratiques : 

La pratique joue un rôle essentiel dans l’analyse technique afin d’entraîner son œil à détecter au plus tôt les signaux de trading étudiés. Au-delà des cahiers d’exercices, il est également possible de s’entraîner dans les conditions du réel sur un simulateur de trading.

Mais attention à ne pas tomber dans l’excès… L’homme armé d’un marteau voit des clous partout ! L’objectif n’est pas de repérer coûte que coûte les signaux de trading étudiés. 

Certains analystes débutants tendent à voir des signaux d’achat et de vente dans tous les sens et n’hésitent pas à grossir le trait de leurs tracés dans le seul but de rendre leur signal plus convaincant. Attention à ne pas tomber dans ce piège.

À l’inverse, il ne s’agit pas non plus d’être trop minutieux ni trop strict dans son interprétation. L’analyse technique n’est pas un cours de géométrie, mais une tentative de décrypter la dynamique de fond du marché sur la base d’un faisceau d’indices.

Devenir Chartered Market Technician (CMT)

Fondée en 1967, la CMT Association délivre la certification de Chartered Market Technician® (CMT) sur la base d’un examen (le CMT Exam).

Cette certification s’étend au-delà de la simple connaissance des indicateurs techniques pour étudier le système de formation des prix par confrontation entre l’offre et la demande, ainsi que des domaines connexes tels que la finance comportementale et l’analyse quantitative.

Bon à savoir :
Les détenteurs du CFA sont dispensés du premier niveau du CMT, leur parcours commence directement au niveau 2 du programme.

Les dictons de l’analyste technique

Si chaque analyste technique prend généralement le temps de construire son propre plan de trading, il est possible d’observer certains consensus entrés dans la sagesse populaire sous la forme de proverbes boursiers.

Dictons de tradingInterprétations
La tendance est votre allié.Mieux vaudrait surfer la tendance en cours
que d’aller à son encontre.
On n’attrape jamais un couteau qui tombe.Mieux vaudrait ne pas acheter un actif en chute libre,
mais de préférence, attendre une phase de stabilisation
pour entrer en position.
Acheter au son du canon, vendre au son du violon.L’excès de pessimisme du marché pourrait
offrir des occasions d’achats, et à l’inverse,
l’excès d’optimisme pourrait offrir l’occasion de vendre.

Conclusion

Outil de trading incontournable pour les uns, mais simple élucubration de charlatans perchés pour les autres, l’analyse technique fait l’objet d’un très vif débat au sein de la communauté financière. 

Une chose est sûre, avant de recourir à l’analyse technique pour investir sur les marchés, prenez le temps de tester vos stratégies de trading grâce au backtesting et de vous entraîner sans risque grâce au paper trading.

FAQ


Quelles différences entre l’analyse technique et l’analyse fondamentale ?

L’analyse technique se concentre sur l’étude de l’historique des prix tandis que l’analyse fondamentale se concentre sur l’analyse des fondamentaux économiques. Les deux méthodes peuvent être utilisées ensemble ou séparément.

Est-ce que l’analyse technique marche ?

Aucune étude scientifique ne permet d’affirmer le caractère prédictif de l’analyse technique. Ce sujet fait d’ailleurs l’objet d’un vif débat parmi les professionnels de la finance. Un consensus semble néanmoins se former sur le fait que l’analyse technique seule ne permet pas de battre le marché.

100% Gratuit
Tester le logiciel ProRealTime

Profitez du compte de démonstration ProRealTime pour tester gratuitement et en temps réel un logiciel de Trading de qualité professionnelle.

DÉCOUVRIR
author
Maxime Parra

Maxime est titulaire d'un double diplôme de la SKEMA Business School et de la FFBC : un master en management et en analyse financière internationale. Fondateur et rédacteur en chef de NewTrading.fr, il écrit quotidiennement sur le Trading.