Dark pools : le côté obscur de la finance ? 

Leur nom évoque généralement tout un imaginaire peuplé d’entités surpuissantes agissant dans l’ombre, d’accords financiers cachés et d’actes à la limite de la légalité… Pourtant, les dark pools et leurs activités ne sont en réalité pas si sombres que cela.

Plateformes de Trading via lesquelles des investisseurs (souvent institutionnels) achètent ou vendent des actions en toute discrétion, ils offrent une totale confidentialité à leurs utilisateurs, et garantissent un impact minimal sur les prix. Un « arrière-monde » où la discrétion est reine, et où les enjeux financiers sont d’une ampleur considérable.

Avertissement

Le Trading ne convient qu’à une clientèle avisée capable de comprendre le fonctionnement de produits financiers complexes (Futures, Options, CFD…) et de supporter des risques élevés, dont des pertes supérieures aux dépôts.

Comprendre les dark pools

Les dark pools sont des plateformes de Trading privées et anonymes, aussi appelées Systèmes de Trading alternatifs (ATS). Elles sont utilisées tant pour le Trading de titres, que de dérivés et d’autres instruments financiers. 

Les dark pools permettent aux investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension, les banques et les fonds souverains de négocier de grands blocs d’actions en toute discrétion, loin des regards du marché public. 

Ils offrent à leurs utilisateurs la « dark liquidity », la possibilité d’effectuer des transactions importantes sans perturber significativement les prix du marché​​​​​​.

Les principales caractéristiques des dark pools sont : 

  • Leur nature privée
    Les dark pools assurent une exécution discrète des ordres loin des marchés publics​​. Une donnée particulièrement importante pour les investisseurs institutionnels qui souhaitent effectuer de grandes transactions sans influencer le marché ou signaler leurs intentions​​.
  • L’anonymat
    Les identités des participants restent cachées jusqu’à la finalisation de la transaction. Une spécificité essentielle pour mener des stratégies de Trading sans révéler ses positions ou ses intentions à l’avance.
  • L’absence d’impact sur le marché
    Avec de grands volumes négociés hors du marché public, les dark pools minimisent les mouvements de prix potentiels en réaction aux transactions.

Les dark pools sont-ils légaux ?

Oui, les dark pools sont légaux car ils jouent un rôle essentiel : ils fournissent de la liquidité aux investisseurs institutionnels, et leur garantissent l’exécution de commandes importantes sans perturber le marché ou causer un pic de volatilité des prix. 

De plus, tant que les transactions effectuées au sein des dark pools respectent les cadres réglementaires existants, elles sont considérées comme légales. 

La liberté de négocier de manière privée et anonyme est un aspect fondamental de la participation au marché. Cet aspect assure aux investisseurs la protection de leurs stratégies de Trading et leur évite le « front-running » ou d’autres formes de manipulation​​.

Réglementation et surveillance

Au niveau international, des organismes réglementaires dans différentes juridictions ont leurs propres règles et mécanismes de surveillance des dark pools.

Aux États-Unis, deux entités régulent l’activité des dark pools : la Securities and Exchange Commission (SEC), autorité réglementaire principale, et la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA)

Dans l’Union européenne (UE), le Trading dans les dark pools est réglementé par la directive MiFID et sa suite, MiFID II. Elles visent à promouvoir la transparence, à renforcer la protection des investisseurs et à prévenir les abus​​.

En France, c’est l’Autorité des marchés financiers (AMF) qui gère la régulation des dark pools.

Pour garantir l’intégrité du Trading au sein des dark pools, ces autorités réglementaires ont mis en place des mesures de surveillance et de régulation. 

Ces dernières incluent notamment : 

  • la publication en détails des transactions et de la manière dont les prix sont déterminés, 
  • l’identification et la gestion des potentiels conflits d’intérêts,
  • des audits et des inspections réguliers.

Controverses autour des dark pools

Malgré leur légalité, les dark pools ont été régulièrement au centre de controverses, notamment liées à des questions de manipulation du marché et de manque de transparence. 

En 2014, la SEC a par exemple infligé une amende à Barclays et Credit Suisse pour des conflits d’intérêts : ces derniers auraient accordé des accès privilégiés à certains Traders haute fréquence.

De même, en janvier 2015, UBS a dû payer une amende de 14,4 millions de dollars à la SEC pour ne pas avoir divulgué les frais de transaction au sein de son dark pool, conformément aux règles en vigueur.

Histoire des dark pools

Les dark pools voient le jour en 1979, suite à un changement dans la réglementation financière américaine. Cette nouvelle réglementation, connue sous le nom de « reg 19c3 », permet pour la première fois de négocier activement des titres cotés en bourse hors de la bourse où ils étaient listés originellement.

Ce changement favorise logiquement l’apparition des dark pools dans les années 1980, puisqu’il permet aux Trader de traiter de gros blocs de commandes sans impacter le marché, et ce, en toute confidentialité.

Le premier dark pool connu, « After Hours Cross », est lancé par Instinet en 1986, suivi de « POSIT », le premier dark pool intrajournalier créé par ITG en 1987. À cette époque, les transactions réalisées dans les dark pools représentent une petite fraction du marché : 3 à 5% de toutes les transactions​​.

En 2007, la SEC adopte la régulation National Market System (NMS). Cette dernière permet aux Traders de contourner les bourses publiques pour obtenir des prix améliorés. 

Elle attire de nouveaux acteurs sur le marché et conduit à la création d’un grand nombre de dark pools au cours des 10 années suivantes. L’amélioration de la technologie et l’augmentation de la vitesse d’exécution, couplées à l’avènement du Trading haute fréquence, contribuent à cette expansion​​.

En 2012, les dark pools représentent déjà 40% du volume de transactions en actions, avec plus de 50 dark pools rien qu’aux États-Unis. La plupart de ces plateformes sont gérées par de grandes banques telles que Credit Suisse ou Goldman Sachs. 

Cette croissance significative met en valeur l’importance croissante des dark pools dans le Trading moderne et leur rôle pivot dans le paysage financier actuel.

Les plus gros dark pools de la planète

  • Citadel Securities
    Filiale de Citadel LLC, cette entité gère le dark pool Citadel Connect, réputé pour ses volumes de Trading élevés et sa liquidité.
  • Goldman Sachs
    Ce géant de la banque d’investissement est derrière le dark pool Sigma X. Ce dernier se distingue notamment par ses options de Trading flexibles (possibilité de croiser des ordres, ou encore de les acheminer vers l’extérieur).​
  • Credit Suisse
    Cette banque d’investissement suisse possède le dark pool Crossfinder, l’un des plus importants de la planète. L’excellente réputation de Credit Suisse, ainsi que son immense base de clients ont largement contribué au succès de ce dark pool​​.
  • JPMorgan Chase
    La banque d’investissement américaine, l’une des plus grandes au monde, gère le dark pool JPM-X. Le leadership de JPMorgan Chase sur la scène internationale ainsi que sa portée mondiale en font un acteur majeur du marché.

Les différents types de dark pools

  • Les entreprises indépendantes
    Ces dark pools sont mis en place par des entreprises indépendantes pour leur propre compte. Elles offrent à leurs utilisateurs une plateforme de Trading unique et différenciée pour trader en terrain neutre.
  • Les dark pools détenus par des courtiers
    Dans ce type de dark pools, les clients d’un courtier interagissent le plus souvent avec d’autres clients du même courtier dans des conditions d’anonymat.
  • Les dark pools détenus par des bourses publiques
    Certaines bourses publiques établissent leurs propres dark pools pour offrir les avantages de l’anonymat et de la discrétion à leurs utilisateurs​​​​.

Avantages et inconvénients des dark pools

AvantagesInconvénients
Aspect privéManque de transparence
Pas de dévaluation des prixAvantages inéquitables
Marché plus efficace et plus liquideCoûts cachés
Coûts réduits

Avantages des dark pools

  • Aspect privé
    Les dark pools exécutent des transactions loin des marchés publics. Cette discrétion supprime les mouvements de prix exagérés dus à la couverture médiatique et au sentiment du marché.
  • Pas de dévaluation des prix
    Les dark pools limitent le « front running ». Les transactions d’envergure peuvent être divisées en transactions plus petites et exécutées avant que le prix  de l’actif ne se dévalue​​​​.
  • Marché plus efficace et plus liquide
    Bien que discutable, l’utilisation du Trading algorithmique et du Trading haute fréquence au sein des dark pools est censée augmenter l’efficacité du marché, car les informations sont rapidement intégrées dans les prix des titres​​.
  • Coûts réduits
    Comme ils sont privés, les échanges à l’intérieur des dark pools n’impliquent pas le paiement de frais aux bourses publiques​​.

Inconvénients des dark pools

  • Manque de transparence
    Comme ils sont fermés au public, les dark pools sont souvent critiqués pour leur manque de transparence et de réglementation, qui laisse craindre des manipulations du marché​​​​.
  • Avantages inéquitables
    Certaines critiques suggèrent que les dark pools offrent aux investisseurs institutionnels des avantages particuliers, notamment par l’utilisation du Trading haute fréquence​​​​.
  • Coûts cachés
    Bien que les dark pools puissent afficher de faibles coûts de transaction apparents, il peuvent facturer des frais cachés liés à l’exécution des ordres et au spread.

Très utilisés par les investisseurs institutionnels pour leur discrétion et leur faible impact sur les prix, les dark pools ne sont pas aussi mystérieux et opaques qu’on le pense. 

Ils sont cependant régulièrement l’objet de critiques sur leur manque de transparence et le traitement parfois inéquitable de certains Traders.

Des controverses qui questionnent leur impact sur l’intégrité des marchés financiers dans leur globalité et nous rappellent, en tant que Traders particulier, l’importance de vérifier le sérieux de son courtier en 6 points.

author

Maxime PARRA

Rédacteur en chef de NewTrading.fr et auteur de Trading : Les Règles du Jeu, Maxime est diplômé du Master Grande École de SKEMA Business School et d’un Master en Analyse financière internationale de la Faculté de finance, banque et comptabilité de Lille.