Les agences de notation, faiseurs de roi du marché obligataire ?

0
227

Chargées d’évaluer la bonne santé des acteurs économiques, les agences de notation jouent un rôle prépondérant dans la confiance qu’ont les agents dans le marché obligataire.

Moody’s, Standard & Poors, Fitch Rating, ces “Big Three” font la pluie et le beau temps sur les marchés financiers. Début 2019, l’agence de notation américaine Fitch Rating a pourtant  été condamnée à payer une amende de plus de 5 millions d’euros pour conflits d’intérêts, de quoi se poser quelques questions sur le rôle et l’indépendance des agences de notation.

Qu’est-ce qu’une agence de notation ?

Les agences de notations sont des entreprises privées chargées d’évaluer la capacité d’un émetteur de dette (États, collectivités, sociétés privées ou publiques) à respecter ses engagements financiers.

Comment fonctionne une agence de notation ?

L’émetteur d’une dette paie les agences afin qu’elles évaluent son risque de signature, c’est-à-dire le risque de non-remboursement de sa dette. Les agences de notations récoltent alors des données quant à la santé économique de l’émetteur d’une dette afin de le noter.

Les notes vont de A à D et, bien que la notation soit propre à chaque agence et varie en fonction de l’échéance du titre, on considère que les titres notés de AAA à BBB font partie de la catégorie “High Grade” (titres les plus sûrs). A contrario, les titres notés de BB à D entrent dans la catégorie spéculative des “Junk Bonds”, le risque de signature de leurs émetteurs est élevé.

Quel est l’impact de la notation sur le système financier ?

Lorsqu’une entreprise cherche des financements, sa notation est déterminante. Plus sa note est élevée, plus l’émetteur est en mesure d’obtenir les financements souhaités. A l’inverse, si une entreprise bénéficie d’une mauvaise notation, elle rencontrera plus de difficulté à trouver un financement, et ce dernier se fera alors à un taux d’intérêt plus élevé (prime de risque).

La notation évolue dans le temps. Par conséquent, lorsqu’une agence de notation révise le rating d’un émetteur à la hausse, ceci entraîne généralement une hausse du cours de ses obligations et par conséquent une baisse de leurs taux d’intérêt.

Enfin, le rating des titres sert de repère dans les opérations de refinancement auprès des banques centrales. En effet, un titre doit avoir une note minimale afin d’être éligible à certains programmes de financements. De façon similaire, de nombreux gérants ont également un objectif de notation à atteindre. Un fonds peut, par exemple, être obligé de détenir 80% d’actifs provenant d’émetteurs notés au minimum “BBB”.

Attention, les notes attribuées par les agences de notation ne sont en aucun cas des recommandations d’achats ou ventes de titres, elles représentent simplement une estimation (une opinion) du risque de solvabilité d’une entreprise ou d’un État.

Paola Magnetto