Les corrélations entre matières premières et devises

Le marché des devises est l’un des marchés les plus tradés au monde. Quotidiennement, c’est l’équivalent de plusieurs milliards de dollars qui changent de mains. De nombreux facteurs influencent les tendances que suivent les devises : les politiques monétaires des différentes banques centrales, l’offre et la demande liées aux exportations et aux importations, les investissements sur les marchés réalisés en devises étrangères, etc. Vous ne pouvez simplement pas vous limiter aux devises, il faut que votre scope d’analyse soit large pour ne rater aucun facteur. Et ils sont nombreux !

Nous allons nous intéresser ici aux devises ayant une forte corrélation avec les matières premières. Par corrélation, nous entendons l’intensité de la relation existant entre deux variables. Comment le mouvement d’une variable A peut-il influencer une variable B ? Le Dollar Canadien (CAD), le Dollar Australien (AUD, surnommé Aussie) et le Dollar Néo-Zélandais (NZD, que l’on surnomme le kiwi) sont les trois principales devises liées aux matières premières.

Le Dollar Canadien et le pétrole

Le CAD est la devise ayant la corrélation la plus forte avec le pétrole. Si la devise est parfois décorrélée sur le court terme, sa corrélation reste très forte sur le long terme. Entre 2000 et 2010, la corrélation entre le CAD/USD et le pétrole était proche de 80%. Cela voulait dire que 80% des mouvements du Dollar Canadien étaient liés aux mouvements du pétrole brut. Cette corrélation s’explique par le fait que le Canada est un important exportateur de pétrole et a été pendant plusieurs années l’un des principaux fournisseurs de pétrole des Etats-Unis.

Le Dollar Australien, le Dollar Néo-Zélandais et l’or

En 2012, l’Australie était le deuxième producteur mondial d’or avec 250 tonnes extraites ce qui explique la corrélation entre or et l’Aussie. En cas de crise, l’or est une valeur refuge. Les acteurs financiers vont donc chercher à acheter de l’or. Cette augmentation de la demande va engendrer une hausse de l’AUD. Alors que la corrélation de l’AUD/USD avoisinait les 90% avant 2010, celle du NZD/USD était proche des 80%.

Des corrélations à relativiser ?

Il semblerait facile de partir du principe que ces corrélations sont des faits immuables. Si les données empiriques montrent des corrélations indéniables, il faut faire attention. Dernièrement dans un article du Financial Times de Jamie Chisholm publié en Juillet 2014, un analyste de CitiFX estimait que les corrélations de l’AUD/USD et du CAD/USD avec, respectivement l’or et le pétrole, avaient baissées de 90% en 2012 à 40% aujourd’hui. Selon lui, les problèmes propres aux pays, notamment les politiques monétaires, ont aujourd’hui plus d’importances. Il est donc nécessaire de relativiser le caractère prédictif des corrélations existantes, car ces dernières sont amenées à se modifier dans le temps.

Comment en profiter ?

L’une des stratégies que vous pouvez mettre en place consiste à trader les matières premières via les devises. Si vous avez l’habitude de trader, vos anticipations sur les matières premières pourront désormais être mises à profit via le marché des changes.

Plus d'articles

Meilleurs Livres Trading

Découvrez les 5 livres dediés au Trading les plus populaires du web, ainsi que la préférence des investisseurs ayant suivi notre Initiation au Trading. Préférence des

Lire plus »

La balance des paiements

Document de comptabilité nationale d’une importance cruciale, la balance des paiements est utilisée aussi bien par les gouvernements que par les banques centrales pour piloter

Lire plus »

FED : Colombes et Faucons

La Banque Centrale Américaine ou Federal Reverse (FED), fondée en 1913 et indépendante politiquement de l’Etat Fédéral, est conduite par le Président et les gouverneurs

Lire plus »

La Journée des 3 sorcières

Tous les troisièmes vendredis du mois, les marchés financiers connaissent une journée particulièrement technique et souvent volatile appelée la Journée des 3 sorcières. Cette séance

Lire plus »

Qu’est-ce qu’un Gap ?

L’anglicisme « gap » désigne un espace de cotation laissé vierge entre deux périodes. Ces discontinuités graphiques matérialisent l’absence de transaction entre acheteurs et vendeurs sur une fourchette de

Lire plus »

La volatilité de Parkinson

La mesure classique de la volatilité historique à l’aide de l’Ecart-Type tient uniquement compte des niveaux d’ouverture et de clôture de chaque période considérée, mais

Lire plus »