Acheter des Actions en 2021 : 5 étapes simples pour débuter

Acheter des actions

Vous commencez à avoir un peu d’argent de côté et vous souhaitez investir en actions ? Le plus tôt sera le mieux ! 

Bien moins risqué que le Trading spéculatif de court terme (qui met en échec près de 90% des Traders), l’investissement sur les actions peut vous permettre de protéger votre capital contre l’inflation tout en générant de belles plus-values sur le long terme.

Pour débuter au mieux dans l’investissement sur le marché des actions, suivez ces 5 étapes-clés :

  1. Définissez un budget clair ;
  2. Analysez les actions que vous souhaitez acheter ;
  3. Sélectionnez un broker en ligne ;
  4. Familiarisez-vous avec les différents ordres de bourse ;
  5. Diversifiez votre portefeuille d’investissement.

 

1. Définissez un budget clair

Déterminer quel capital investir

Le montant à investir est généralement la première question que se pose un aspirant investisseur. Sur le marché des actions comme sur les autres, certains critères doivent être pris en compte afin de consacrer la somme adéquate à ses investissements, pour limiter les risques au maximum tout en obtenant des gains satisfaisants.

Investir sur des actions comporte bien entendu des risques et mieux vaut se préparer au pire dès le début ! Par conséquent, jamais vous ne devriez investir en bourse une somme d’argent que vous ne pouvez pas vous permettre de perdre intégralement. Le but n’est pas de partir défaitiste, mais plutôt de s’assurer qu’en cas d’échec vos dépenses essentielles ne seront pas affectées.

Combien pour investir sur les actions ?

Il n’y a pas de capital maximum conseillé, mais bien un capital minimum. 

En effet, investir une somme trop petite présente des inconvénients. Vous risquez tout d’abord de perdre plus facilement l’intégralité de votre capital en cas de mauvaise gestion de vos positions ou de crise sur les marchés.

De plus, il vous sera plus difficile d’obtenir une bonne rentabilité face aux différents frais de courtage et frais de compte facturés par votre courtier sur chacun de vos ordres (d’achat comme de vente).

C’est pourquoi il est généralement conseillé d’investir au moins 1 000 € pour commencer à trader sur le marché des actions. C’est une somme suffisante afin d’investir sans utiliser un effet de levier important (qui démultiplie les risques) ni recourir à des titres trop volatils.

Cependant, investir entre 5 000 et 10 000 € est encore plus optimal : vous conservez une liquidité confortable en cas de baisse des marchés et vous avez largement de quoi diversifier votre portefeuille d’actions afin de protéger votre capital au mieux.

2. Analysez les actions que vous souhaitez acheter

L’importance de l’analyse fondamentale

Selon l’investisseur de légende Warren Buffet, « mieux vaut acheter l’action d’une entreprise car vous souhaitez en être le propriétaire, et non uniquement car vous pensez que le cours va s’envoler” ! 

Ainsi, il est particulièrement intéressant de maîtriser l’analyse fondamentale afin d’étudier et de sélectionner avec soin les actions que vous désirez acquérir. Gardez toujours à l’esprit que, sur le long terme, le cours d’un titre est directement lié aux fondamentaux de l’entreprise émettrice.

Comment analyser les actions ?

Dans un premier temps, pour repérer les actions présentant un fort potentiel de croissance, vous devez analyser les données long terme des sociétés cotées, notamment :

  • le taux d’endettement, qui doit être sain et maîtrisé avec un rapport dettes/fonds propres inférieur à 1 (il est normal pour une entreprise de s’endetter, mais la trésorerie doit rester positive) ;
  • la marge nette, c’est-à-dire le rapport résultat net/chiffre d’affaires, qui doit être supérieure à 5, démontrant ainsi la bonne profitabilité de l’entreprise ;
  • l’augmentation d’au moins 5% par an du chiffre d’affaires et du bénéfice net par action ;
  • l’augmentation du cash flow opérationnel, avec un rapport dividendes/cash flow inférieur à 65% ;
  • l’augmentation des capitaux propres sur le long terme ;
  • le Return on equity (ROE), c’est-à-dire le rapport résultat net/capitaux propres, qui doit être supérieur à 10 voire à 20% pour les entreprises les plus attractives.


Dans un second temps, il vous faut repérer, parmi les actions à fort potentiel présélectionnées, celles qui sont
surévaluées et celles qui sont sous-évaluées.

A noter

À terme, le cours d’une action a toujours tendance à converger vers sa valeur fondamentale, c’est pourquoi il est intéressant de concentrer vos investissements sur les actions sous-évaluées !


Pour ce faire, différents ratios peuvent être utilisés, notamment :

  • Le Price to cash flow (PCF). C’est le rapport prix/cash flow. Lorsqu’il est inférieur à 10, le prix de l’action est considéré comme attractif. Il s’agit d’un des ratios préférés des Traders en raison de sa grande fiabilité (il est impossible de « truquer » les résultats avec le cash flow).
  • Le Price to earnings ratio (PER). C’est le rapport prix/bénéfice net par action. En moyenne, lorsqu’il est compris entre 15 et 20, le prix de l’action est jugé attractif. Cependant ce ratio est considéré comme peu fiable par les investisseurs, étant donné qu’il peut beaucoup varier selon la croissance, la taille et le secteur d’activité de l’entreprise.
  • Le Price to book ratio (PBR). C’est le rapport prix/actif net. Il représente ainsi le prix de l’action vis-à-vis de la valeur totale de l’actif de l’entreprise. Lorsqu’il est inférieur à 2, le cours de l’action est considéré comme attrayant.

Le Price to sales ratio (PSR). C’est le rapport prix/chiffre d’affaires. Il représente donc le prix de l’action vis-à-vis de la capacité de l’entreprise à développer son activité. Lorsqu’il est inférieur à 2, le prix de l’action est jugé intéressant.

3. Sélectionnez un broker en ligne

Broker en ligne

Qu’est-ce qu’un broker en ligne ?

Le broker, ou courtier en français, est l’un des principaux acteurs présents sur les marchés boursiers. Il est un intermédiaire-clé entre les investisseurs et les marchés financiers. En France, l’activité des courtiers est réglementée par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Les brokers en ligne connaissent un succès grandissant depuis quelques années, grâce à l’essor du Trading chez les investisseurs particuliers. Ce sont certes les Traders qui passent leurs ordres de bourse sur les marchés, mais ce sont les brokers qui les exécutent. En échange, ces derniers facturent à leurs clients des frais de courtage (commissions, spreads…).

Les brokers en ligne sont présents sur tous types de marchés financiers : Forex, marché des actions, des matières premières, des indices boursiers… De plus, ils proposent à leurs clients toutes sortes de produits financiers afin d’investir sur les marchés :  produits dérivés, actions, obligations, Exchange traded funds (ETF), Contract for difference (CFD), Futures…

Comment choisir un broker en ligne ?

Vous l’aurez compris : en tant que Trader indépendant, recourir aux services d’un broker est indispensable. De fait, mieux vaut sélectionner le meilleur courtier, à la fois compétent et en accord avec votre profil d’investisseur. Pour ce faire, vous devez tenir compte de certains critères.

Un broker réputé et sérieux

Afin de garantir la sécurité de vos fonds, focalisez votre attention sur les brokers agréés et réglementés. Évitez notamment ceux qui sont répertoriés sur la liste noire de l’AMF, ou encore ceux dont le siège social se situe sur une zone offshore (Chypre, Malte…), cherchant probablement à contourner les réglementations plus strictes protégeant les investisseurs. Préférez les courtiers réputés siégeant au sein d’une place boursière européenne majeure. 

Une offre de qualité

Privilégiez les brokers dont l’offre d’outils et de services est à la fois variée et qualitative. Votre courtier doit être en mesure de répondre à vos attentes, quel que soit votre profil d’investisseur. Ainsi, les meilleurs brokers proposent à leurs clients de multiples produits financiers utilisables sur de nombreux marchés, ainsi que des outils de formation et d’analyse : compte de démonstration, calendrier économique (pour l’analyse fondamentale), logiciels d’étude graphique (pour l’analyse technique), formations théoriques, etc.

Des frais réduits

Point ô combien important étant donné qu’il impacte directement votre capital, le montant des frais facturés est un critère déterminant dans le choix d’un broker. Certains courtiers facturent des frais fixes, d’autres des frais variables, ainsi que des frais de transfert et des droits de garde plus ou moins élevés (ces derniers ne sont pas toujours offerts). Là encore, tout dépend de votre pratique du Trading : soyez attentif au montant des frais auxquels vous serez le plus exposé. 

Prêtez une attention particulière aux éventuels frais cachés : coût de portage, frais d’inactivité ou de détention de titres ne sont pas toujours signalés clairement sur les sites des brokers ; ouvrez l’œil !

Un broker disponible offrant un excellent service client

Un critère que beaucoup d’investisseurs débutants ont tendance à négliger mais qui a son importance. En cas de problème technique ou si vous avez une question relative au fonctionnement de la plateforme de Trading, il est important que votre broker soit disponible et puisse vous répondre rapidement par téléphone. Assurez-vous donc que le courtier que vous choisirez dispose d’un service client solide et fiable, qui par ailleurs ne soit pas surtaxé.  

Chez NewTrading, en accord avec tous les critères cités précédemment, nous vous recommandons l’offre ProRealTime Trading.

4. Familiarisez-vous avec les différents ordres de bourse

Une fois votre broker en ligne choisi, vous allez rapidement constater qu’il existe une multitude d’ordres de bourse par l’intermédiaire desquels vous pouvez effectuer vos investissements. Il est important de connaître les principaux, afin de pouvoir mettre en place votre stratégie de Trading de manière optimale.

En effet, certains ordres permettent une grande rapidité d’exécution (au risque de négliger le niveau de prix), tandis que d’autres se focalisent sur le cours, quitte à repousser le timing de déclenchement. Enfin, des ordres spécifiques ne se lancent que lors des retournements de tendance.

Voici un tableau récapitulatif :

Terme

Définition

Ordre “au marché

Il s’agit d’un ordre prioritaire sur tous les autres types d’ordres. Il permet d’acheter ou de vendre des titres sans précision de prix. C’est donc la rapidité d’exécution qui est ici privilégiée, généralement pour trader sur des marchés très liquides, avec un risque important au niveau du prix en contrepartie. 

Ordre “à la meilleure limite

Il s’agit d’un ordre placé sans aucune garantie de prix, privilégiant le cours d’exécution à la meilleure offre (dans le cas d’un achat) ou à la meilleure demande (dans le cas d’une vente). Là encore, c’est un ordre très risqué au niveau du prix, axé sur la vitesse d’exécution dans le cadre de marchés très liquides.

Ordre “à cours limité

Il s’agit d’un ordre permettant de fixer un prix maximum d’achat, ou un prix minimum de vente. C’est donc le prix qui est ici privilégié, au risque de retarder l’exécution, voire de ne jamais la voir se déclencher si le cours ne touche pas la limite définie. C’est un ordre sécurisant, très utilisé sur les marchés.

Ordre “à seuil de déclenchement

Il s’agit d’un ordre permettant de fixer un prix, appelé “seuil”, à partir duquel l’achat ou la vente d’un titre sera exécuté automatiquement. Pour un achat, le prix fixé doit être supérieur au dernier cours coté, tandis que pour une vente, il doit y être inférieur. Cet ordre permet à la fois de se protéger contre un éventuel retournement de tendance à la vente, et de profiter d’une dynamique haussière à l’achat. 

Ordre “à plage de déclenchement

Il s’agit d’un ordre permettant de fixer à la fois un prix à partir duquel l’achat ou la vente d’un titre sera exécutée automatiquement, et une limite au-delà de laquelle (dans le cadre d’un achat) ou en-deçà de laquelle (dans le cadre d’une vente) l’ordre ne peut pas être exécuté. La “plage de déclenchement” permet ainsi de déterminer une fourchette de prix pour le déclenchement de l’ordre. Cet ordre est donc un ordre à seuil de déclenchement “combiné” à un ordre à cours limité.

Tableau des principaux types d’ordres de bourse à connaître afin de commencer à Trader les actions

 

5. Diversifiez votre portefeuille d’investissement

Pourquoi diversifier son portefeuille d’investissement ?

En investissement boursier comme dans de nombreux domaines de la vie, l’adage selon lequel « il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier » est plus vrai que jamais ! 

Et pour cause : si vous investissez la totalité de votre capital dans une seule et même action, vous êtes particulièrement exposé non seulement à la volatilité des marchés, mais aussi à une chute imprévue du cours. Si par exemple la majorité des investisseurs se retirent soudainement suite à l’annonce d’un scandale, vous perdrez une grande partie de votre capital sans avoir pu anticiper quoi que ce soit (et ce n’est qu’un exemple d’imprévu parmi d’autres) !

À l’inverse, un portefeuille bien diversifié permet de réduire l’exposition à la volatilité et de limiter efficacement les risques de pertes – vos différentes positions se compensant les unes les autres -, atténuant ainsi fortement les conséquences d’éventuelles baisses de prix imprévues.

Comment diversifier son portefeuille d’investissement ?

La diversification consiste donc à détenir, non pas un seul titre financier, mais plutôt un mix de différentes valeurs peu corrélées entre elles.

Sur le marché des actions en particulier, la diversification implique de posséder à la fois des actions :

  • Issues d’entreprises différentes. Le premier critère de diversification de votre portefeuille boursier est le nombre de titres possédés. Il permet à la fois de limiter les pertes en capital et l’exposition à la volatilité : plus vous détenez de titres, et moins la faillite d’une entreprise aura d’impact sur votre performance globale. Selon les études effectuées sur le sujet, il est recommandé de posséder au moins 12 à 15 lignes dans votre portefeuille boursier.

  • Issues de zones géographiques différentes. Diversifier votre portefeuille à l’international est protecteur dans la mesure où les différentes zones économiques de la planète ne sont pas toutes impactées par les mêmes évènements. Par exemple, une crise propre à l’économie sud-américaine n’aura que peu d’impact sur celle de la zone euro.

  • Issues de domaines d’activité différents (énergie, technologie, automobile…). Toujours dans une optique de décorrélation, posséder des titres de différents secteurs économiques permet de limiter les risques en cas de krach boursier affectant un domaine en particulier.

  • Sur des horizons temporels différents. Investir constamment et de manière régulière, que les marchés financiers soient en période de hausse ou de baisse, permet également d’optimiser la performance globale de votre portefeuille sur le long terme. De plus, la diversification temporelle vous permet de gagner en sérénité, étant donné que vous redouterez moins les périodes de crise. 


Acquérir des actions constitue l’un des placements les plus rentables sur le long terme. De nombreuses études démontrent aujourd’hui la performance positive du marché depuis des décennies, et ce malgré les aléas à court terme. Nous espérons que ces 5 étapes pour débuter vous seront utiles.

Si vous souhaitez développer vos connaissances en investissement et découvrir le Trading sérieusement, consultez dès à présent notre formation NewTrading destinée aux Traders débutants !