Gap de cotation : types de gaps, interprétations et stratégies de trading

Les gaps font partie du quotidien des marchés financiers. Un trader doit donc savoir apprivoiser ces soubresauts du marché pour survivre, et si possible, apprendre à interpréter les signaux de trading associés à leur apparition pour en tirer profit.

Dans cet article, vous découvrirez les opportunités et les risques offerts par chaque type de gaps au travers de stratégies de trading célèbres et d’exemples illustrés.

L’essentiel

Un gap de cotation correspond à un « saut » du marché à la hausse ou à la baisse.

Les gaps peuvent apparaître au sein d’une séance de trading (gap intraday) ou d’une séance à l’autre (gap overnight).

Gap commun, gap de continuation, gap de rupture et gap terminal. Il existe 4 types de gaps associés à des contextes de marché et à des signaux de trading distincts.

Un gap est dit « comblé » lorsque les cours de bourse colmatent l’espace de cotation laissé vierge en revenant au point de départ du gap ; mais attention, certains gaps ne sont jamais comblés !

Avertissement

Le Trading ne convient qu’à une clientèle avisée capable de comprendre le fonctionnement de produits financiers complexes (CFD, Futures, Options,…) et de supporter des risques élevés, dont des pertes rapides supérieures aux dépôts, notamment en raison de l’effet de levier. D’après l’AMF, près de 90% des comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent.

Qu’est-ce qu’un gap de cotation ?

Un gap de cotation est une discontinuité dans l’évolution des prix du marché. 

En raison d’un déséquilibre dans le rapport de force entre acheteurs et vendeurs, les prix bondissent à la hausse ou à la baisse et laissent derrière eux un espace vierge de cotation.

Le terme anglais « gap » peut être traduit par le terme français « fossé », il fait donc directement référence au « saut » réalisé par les prix au-dessus d’une zone donnée.

Exemple de gap de cotation sur l’indice NASDAQ Composite observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Les prix ont bondi de +247 points sans qu’aucun échange n’ait lieu entre le début du gap (13767,74 points) et la fin du gap (14015,37 points).
Bon à savoir

Pour observer les gaps, utilisez un mode de représentation graphique approprié tel que les barcharts ou les chandeliers japonais. Les gaps ne seront pas visibles sur les graphiques en lignes continues (linecharts).

Comprendre les gaps

Les gaps sont le résultat d’une différence entre les offres de vente et les demandes d’achat présentes à un moment donné sur le marché.

Ce déséquilibre du carnet d’ordres intervient généralement lors de la parution d’une information nouvelle susceptible de générer un regain d’optimisme ou de pessimisme du marché, mais il peut aussi être le fruit de l’évolution du point de vue des investisseurs d’une séance à l’autre (au cours de la nuit ou du weekend par exemple).

Bon à savoir

Lorsque les prix reviennent sur le point de départ du gap et viennent colmater l’espace de cotation laissé vierge par l’apparition soudaine du gap, le gap est « comblé ». Mais attention, tous les gaps ne sont pas comblés, certains restent ouverts à tout jamais !

Gaps intraday VS gaps overnight : quelles différences ?

Les gaps intraday sont observés au sein d’une même séance boursière tandis que les gaps overnight sont observés d’une séance boursière à l’autre (avec un décalage entre le prix de clôture d’une séance et le prix d’ouverture de la suivante).

Bon à savoir

Plus un marché est liquide, plus la probabilité d’observer un gap de cotation intraday est faible. En effet, avec un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs, de nombreux ordres de bourse sont positionnés en attente dans le carnet d’ordres sur chaque niveau de prix.

Les différents types de gaps de cotation 

Il existe quatre principaux types de gaps de cotation : les gaps communs, les gaps de continuation, les gaps de rupture et les gaps d’épuisement. Chaque type présente des caractéristiques distinctes.

Gap commun (common gap)

Le gap commun est le type de gap de cotation le plus fréquent sur les marchés financiers. Anecdotique et de taille modeste, il est généralement rapidement comblé.

Exemple de gap commun sur l’indice Dow Jones Industrial Average observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Ce gap commun baissier est rapidement comblé par le marché.

Gap de continuation (runaway gap)

Le gap de continuation apparaît au beau milieu d’une tendance de fond. Il correspond à une accélération soudaine du marché dans le sens de la tendance et s’accompagne généralement de volumes d’échanges élevés.

Exemple de gap de continuation sur l’indice Dow Jones Industrial Average observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Ce gap de continuation haussier s’inscrit dans une tendance de fond haussière d’une amplitude totale de +22,72%.

Gap de rupture (breakaway gap)

Le gap de rupture apparaît au tout début d’un mouvement de tendance. Souvent associé à l’apparition d’une nouvelle économique importante, ce type de gap s’accompagne de forts volumes et marque le début d’une nouvelle tendance.

Exemple de gap de rupture sur l’indice Dow Jones Industrial Average observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Ce gap de rupture baissier marque le début d’une baisse de -37,10%.

Gap terminal (exhaustion gap)

Le gap terminal apparaît en toute fin d’un mouvement de tendance. Il est souvent associé à un excès de confiance des acheteurs en fin de tendance haussière, ou à l’inverse, à un excès de pessimisme des vendeurs en fin de tendance baissière. 

Exemple de gap terminal sur l’indice Nasdaq Composite observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Ce gap terminal marque la fin de la tendance haussière et le début d’une nouvelle tendance baissière.

Comparaison des types de gaps

Types de gapTaille du gapVolumes de tradingSignal de trading
Gap communModéréeModéréAucun signal particulier
Gap de continuationÉlevéeÉlevésPoursuite de tendance
Gap de ruptureÉlevéeTrès élevésDébut de tendance
Gap terminalÉlevéeÉlevésRenversement de tendance
Important

Si l’interprétation des gaps peut fournir des signaux de trading à l’achat ou à la vente, leur efficacité reste à démontrer. Les traders expérimentés renforcent généralement leur analyse avec d’autres indicateurs économiques ou techniques.

Comment trader les gaps

La gap-filling strategy consiste à miser sur le comblement des gaps communs. Le trader prend alors position sur le marché pour parier sur un retour des prix au niveau du point de départ du gap (niveau sur lequel il place son ordre take profit).

Les traders qui utilisent la gap-filling strategy anticipent que les prix finiront par combler l’espace laissé vide par les prix, c’est-à-dire qu’ils reviendront au niveau de prix à partir duquel le gap commun s’est formé. Le trader prend alors position sur le marché pour parier sur un retour des prix au niveau du point de départ du gap (niveau sur lequel il place son ordre take profit).

Pour les gaps de continuation, le trader prend position dans le sens de la tendance dès son apparition. Il positionne son ordre stop-loss avant le point de départ du gap (en misant sur le fait que le gap ne sera pas comblé) et positionne un ordre take profit ambitieux pour miser sur une poursuite de la tendance.

Exemple de trade acheteur suite à l’apparition d’un gap de continuation sur l’indice Nasdaq Composite observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Le trader prend position suite à l’apparition du gap (ligne noire), positionne son ordre stop-loss sous le gap (ligne pointillée rouge) et place un ordre take-profit plus haut (ligne pointillée verte).

Pour les gaps de rupture, le trader prend position dans le sens de la tendance dès son apparition. Il positionne son ordre stop-loss avant le point de départ du gap (en misant sur le fait que le gap ne sera pas comblé) et cherche ensuite à se laisser porter le plus longtemps possible par la tendance naissante.

Exemple de trade vendeur suite à l’apparition d’un gap de rupture baissier sur l’indice Nasdaq Composite observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Le trader prend position suite à l’apparition du gap (ligne noire), positionne son ordre stop-loss au-dessus du gap (ligne pointillée rouge) et place un ordre take-profit plus bas (ligne pointillée verte).

Pour les gaps terminaux, le trader attend que le marché commence à combler le gap avec un ordre stop-loss positionné au-delà des derniers extrêmes marqués par la tendance de fond initiale (au-dessus des plus hauts en tendance haussière ou en dessous des plus bas en tendance baissière).

Si le marché était initialement haussier, le trader prend position à la baisse pour miser sur une correction des cours en direction éventuellement d’un retracement de Fibonacci. À l’inverse, si le marché était initialement baissier, il prend position à la hausse pour miser sur un rebond.

Exemple de trade vendeur suite à l’apparition d’un gap terminal haussier sur l’indice Nasdaq Composite observé via la plateforme gratuite ProRealTime Web. Le trader prend position suite à l’apparition du gap (ligne noire), positionne son ordre stop-loss au-dessus du point haut (ligne pointillée rouge) et place un ordre take-profit plus bas (ligne pointillée verte).
Bon à savoir

Certaines stratégies de trading telles que le trading de news cherchent à anticiper l’apparition de gaps haussiers ou baissiers en anticipant une surprise du marché. Mais attention, si elles peuvent s’avérer rémunératrices, elles sont aussi très risquées !

Les risques des gaps

Les gaps créent de l’incertitude sur les marchés et représentent un risque pour les traders et les investisseurs. S’il est possible de profiter d’un gap favorable, il est malheureusement tout aussi possible d’être victime d’un gap défavorable susceptible de causer de lourdes pertes en capital, voire une situation d’endettement en cas d’utilisation de l’effet de levier.

Les ordres stop-loss positionnés pour couper automatiquement les pertes du trader au-delà d’un certain niveau de prix peuvent ne pas fonctionner en cas de gap !

En effet, un ordre stop-loss n’est rien d’autre qu’un ordre à seuil de déclenchement, c’est-à-dire un ordre au marché déclenché lors de l’atteinte d’un niveau de prix défini à l’avance pour liquider automatiquement la position du trader. 

Mais le déclenchement d’un ordre ne garantit pas son exécution… 

L’ordre au marché envoyé automatiquement peut très bien ne pas trouver de contrepartie au niveau du seuil de sécurité défini et n’être exécuté que bien au-delà (lorsque le gap prend fin et que le carnet d’ordres est de nouveau en mesure de proposer une contrepartie au trader).

Bon à savoir

Certains courtiers proposent des ordres stop-loss garantis pour protéger leurs clients contre le risque de gap. Cette assurance a généralement un prix (direct ou indirect), mais elle peut éviter bien des déconvenues !

Identifier les gaps grâce aux screeners

Certains traders construisent leurs stratégies autour de la détection de gaps en vue d’exploiter leurs signaux de trading ou de miser sur leur comblement. Pour identifier de telles opportunités, ils font appel à des screeners, c’est-à-dire à des filtres de marché hautement paramétrables.

À tout instant, le trader dispose donc d’une liste actualisée d’actifs présentant un gap de cotation conforme aux critères définis préalablement par le trader (amplitude, volumes, sens…).

Bien qu’ils soient monnaie courante sur les marchés, les gaps de cotation peuvent surprendre certains traders débutants et causer de graves dommages. Les traders plus expérimentés savent en revanche comment s’en prémunir au mieux et peuvent même parfois chercher à en tirer profit.

L’entraînement sur un simulateur de trading permet de se préparer à l’apparition de gaps et d’affiner ses règles de gestion du risque en conséquence.

author
Maxime Parra

Maxime est titulaire d'un double diplôme de la SKEMA Business School et de la FFBC : un master en management et en analyse financière internationale. Fondateur et rédacteur en chef de NewTrading.fr, il écrit quotidiennement sur le Trading.