Vagues d’Elliott : les tracer, les compter, les trader

Au 19ème siècle déjà, plusieurs économistes et analystes affirmaient que le Trading était régi par certaines règles que l’on retrouve dans la Nature. Parce qu’elle identifie des cycles répétitifs et prédictibles dans les fluctuations des prix, la théorie des vagues d’Elliott s’inscrit dans ce courant de pensée.

Qu’est-ce que la théorie des vagues d’Elliott ? Comment Trader avec les vagues d’Elliott ? Comment compter et tracer les vagues d’Elliott ? Quelles stratégies mettre en place grâce à cet indicateur technique avancé ? Voici de quoi devenir incollable sur cet outil de Trading.

Théorie des vagues d’Elliott

Origines

C’est dans les années 1930 que Ralph Nelson Elliott, analyste de marché et comptable de formation, introduit la théorie des vagues du même nom. À une époque où les mouvements de marché sont vus comme ne suivant aucune règle précise (si ce n’est le caractère chaotique des fluctuations), Elliott vient contredire les croyances d’alors.

Inspiré par les théories de Charles Dow et de Leonardo Fibonacci, l’analyste états-unien affirme que le marché est régi par plusieurs cycles, tous semblables dans leur forme, puisque ces derniers se composeraient de huit « vagues ».

Bon à savoir : La théorie de Charles Dow implique que trois tendances majeures forment les cours boursiers, à savoir une tendance primaire, secondaire et tertiaire. Leonardo Fibonacci, de son côté, est à l’origine de la théorie du nombre d’or, répandue jusque dans le monde du Trading.

D’abord rejetée, la théorie des vagues d’Elliott refait surface dans les années 1980, notamment grâce aux travaux et publications de l’écrivain et analyste financier américain Robert Prechter.

Définition

Par définition, la théorie des vagues d’Elliott désigne un outil d’analyse technique.

Cette méthode permet d’anticiper les mouvements de marché à venir. Elle identifie des schémas d’ampleur et de durée différentes, qui se répètent sous la forme de cycles, eux-mêmes composés de vagues. Reconnaître ces cycles et la vague qui les compose à un instant t reviendrait donc à pouvoir prévoir l’évolution du marché.

La théorie des vagues d’Elliott se fonde sur deux facteurs :

  • la psychologie des marchés ;
  • les formes et phénomènes naturels (oui, vraiment !).

Les vagues en question alternent entre hausse et baisse, entre impulsion et correction ainsi qu’entre mouvement prédictible et imprédictible. Parce que ce modèle se répète infiniment sur les marchés et à toutes les échelles, on parle de « séquence fractale ».

Bien qu’elle demande une grande expertise pour être exploitée sur les marchés financiers, la théorie des vagues d’Elliott est un concept simple à appréhender.

Principes de base

Concrètement, un cycle est composé de 8 vagues réparties en deux phases :

  1. une tendance principale (bullish ou bearish) composée de 5 vagues ;
  1. une tendance corrective qui vient compenser (seulement en partie) la tendance initiale, composée de 3 vagues.

Bon à savoir : Un tel cycle de court terme peut lui-même être contenu dans un autre cycle de plus long terme.

L’ensemble du cycle est composé d’une alternance entre vagues d’impulsion (qui suivent la tendance principale) et vagues de correction. Ce constat naît d’un principe fondamental de la théorie des vagues d’Elliott : toute action du marché (hausse ou baisse) est suivie d’une réaction (tendance inverse).

Enfin, notons que tout cycle qui se termine est directement suivi d’un autre cycle.

Comment trader les vagues d’Elliott

Tracer les vagues d’Elliott

Avant de comprendre et d’appliquer les stratégies de Trading liées aux vagues d’Elliott, il est important de bien comprendre chacune des vagues qui composent un cycle. Ainsi, vous saurez reconnaître, tracer et mettre à profit chaque vague.

Voici les vagues qui composent le premier cycle :

  • La vague 1 ou « vague des astucieux » désigne l’arrivée des initiés. Souvent confondue avec une phase de correction (car très brève), la vague 1 initie en fait une nouvelle tendance. Elle est formée par les Traders les plus expérimentés et/ou des investisseurs disposant de l’information en premier.
  • La vague 2 désigne une première correction de la part des investisseurs en suivi de tendance. Ces derniers souhaitent entretenir la tendance précédente. Si la vague 1 était haussière, ils prendront donc position à la vente, et inversement.
  • La vague 3 ou « vague des suiveurs » désigne le principal renforcement de la tendance annoncée en vague 1. Son amplitude et sa durée sont les plus longues, et les fluctuations s’amplifient.
  • La vague 4 désigne la phase de prise des bénéfices. Profitant de la forte tendance de la vague 3, de nombreux Traders décident de retirer leurs gains, ce qui engendre une seconde correction.
  • La vague 5 ou « vague des petits porteurs » désigne la troisième et dernière impulsion, constituée des investisseurs retardataires, mais tout autant désireux d’exploiter la tendance pour générer une plus-value.

Cette cinquième vague marque un essoufflement de la tendance principale, ce qui termine la première phase du cycle. On entre alors dans la seconde phase, une phase corrective constituée de trois vagues.

Voici les vagues qui composent le second cycle :

  • La vague A désigne une première phase de corrections techniques après l’atteinte du plus haut (ou plus bas) durant la vague 5.
  • La vague B désigne un dernier sursaut de la tendance principale. Lorsque celle-ci atteint les mêmes valeurs que la vague 5, on repère une figure chartiste : le double-top.
  • La vague C désigne un inversement concret et fort de la tendance principale, dont l’ampleur peut être égale (voire supérieure) à celle de la vague 3.

Comment compter les vagues d’Elliott

Si dans la théorie, les vagues sont clairement définies, il peut être plus complexe de les distinguer les unes des autres dans la pratique. Heureusement, il existe certaines règles qui caractérisent ces vagues (durée, taille) afin de pouvoir les identifier, les compter et se positionner en conséquence.

Voici les caractéristiques à prendre en compte pour reconnaître une vague :

  • La vague 1 est difficilement identifiable, puisqu’elle débute le cycle et a une ampleur et une durée assez faibles.
  • La vague 2 ne descend jamais plus bas que la vague 1. Au maximum, elle peut lui être d’une ampleur égale.
  • La vague 3 n’est jamais la plus courte des vagues, puisque les suiveurs représentent souvent la plus grande part des Traders qui prennent position.
  • La vague 4 est une correction toujours plus faible que la correction de la vague 2. En cas de tendance haussière, cette correction ne casse jamais le sommet de la vague 1. À l’inverse, une correction haussière ne peut jamais dépasser le plus bas de la vague 1.
  • La vague 5 ne dépasse pas les plus hauts (ou plus bas) de la tendance principale haussière (ou baissière) portée par la vague 3. Elle est généralement courte et de faible intensité.
  • La vague A a des caractéristiques semblables (mais inverses) à celles de la vague 1.
  • La vague C est parfois estimée comme ayant une amplitude égale à 1,1618 fois l’amplitude de la vague 3 (soit le nombre d’or de Fibonacci).

Bon à savoir : Le nombre d’or identifié par Fibonacci n’a été introduit que plus tardivement dans la théorie des vagues d’Elliott, notamment pour répondre au besoin des Traders de reconnaître chaque vague avec davantage de précision.

Apports et limites des vagues d’Elliott

La théorie des vagues d’Elliott constitue un outil d’analyse technique applicable à toutes les périodes de temps, et sur la plupart des actifs. Actions, Forex et matières premières sont des cas d’étude idéaux pour mettre cette méthode en pratique.

Il est judicieux de mettre à profit les données historiques de votre graphique afin de vous entraîner à repérer les vagues, et ce, aussi bien dans une stratégie de Scalping, que de Day Trading ou de Swing Trading.

En outre, les vagues d’Elliott peuvent être utilisées dans un marché haussier ou baissier, dans une stratégie de suivi de tendance ou contrariante. Trader les vagues d’Elliott oblige également à anticiper plusieurs scénarios (impulsion ou correction).

Bon à savoir : Pour prendre position avec les vagues d’Elliott, le respect des règles de Money Management est primordial. Pensez à placer vos ordres Take profit et Stop loss avec précision !

Ne vous y trompez pas : malgré sa forme très schématique, la théorie des vagues d’Elliott est longue et complexe à mettre en place sur les marchés financiers. Parfois, distinguer et identifier la bonne vague de cette suite logique n’est pas si aisé.

Derrière son apparente simplicité, savoir tracer les vagues d’Elliott et trader avec cette théorie demande beaucoup de pratique. Pour autant, vous disposez à présent de toutes les informations et techniques pour mettre une telle stratégie en place.

Prochaine étape : exploiter les flux de données historiques et en temps réel de graphiques clairs et complets. Pour ce faire, nous vous proposons d’utiliser le capital virtuel du compte de démonstration ProRealTime, afin de vous entraîner gratuitement avant d’investir votre argent.