Introduction

L’avez-vous rencontré lors d’un reportage télévisé sur l’affaire Jérôme Kerviel ? Ou peut-être était-ce dans une de ces publicités racoleuses dont regorge Internet ? Ou sur LinkedIn, dans une offre d’emploi des plus sérieuses pour une banque des plus prestigieuses ?

En fait, vous ne savez plus très bien “Quand” ni “Comment” vous l’avez découvert, mais vous savez une chose : le Trading fait couler beaucoup d’encre… Pourtant, loin des fantasmes et des caricatures, se cache une tout autre réalité, bien plus subtile et nuancée.

Afin de vous permettre de découvrir le Trading sur de bonnes bases, nous avons regroupé dans ce document 7 idées reçues dont sont généralement victimes les investisseurs débutants.

Depuis son lancement en juillet 2013 sur les campus des Grandes Écoles françaises, NewTrading accompagne les particuliers dans leur découverte des marchés financiers afin de les guider vers une pratique éclairée du Trading.

Suite à la lecture de ce document, notre Formation au Trading vous permettra d’acquérir un socle de connaissances robustes et fiables pour commencer à investir sérieusement.

7 idées reçues sur le Trading

Idée reçue n°1 : "Le Trading est une activité réservée à une élite"

Dans l’imaginaire collectif, faire du Trading est une activité réservée à quelques petits génies des mathématiques, issus des meilleures écoles, et payés à prix d’or.

Pourtant, sans forcément en avoir conscience, vous faites (vous aussi) du Trading !

Faire du Trading consiste à acheter et vendre des produits financiers.

Si vous possédez un Plan d’épargne en actions, un Compte Titres, ou une Assurance-vie, il vous suffit de réaliser une opération d’achat ou de vente pour faire du Trading.

Mais attention ! Tout comme jouer au foot de temps en temps ne fait pas de vous un “footballeur”, faire quelques rares opérations financières ne fait pas de vous un “Trader”.

Il est essentiel de distinguer :
• l’action de “faire du Trading” (accessible à tous)
• le métier de “Trader” (élitiste)

Aujourd’hui, seuls quelques milliers de personnes exercent le métier de Trader. Néanmoins, en raison de la financiarisation de la société et de la démocratisation des services financiers, nous faisons tous du Trading de façon plus ou moins fréquente.



⇒ Faire du Trading est une action plutôt banale

Idée reçue n°2 : "Faire du Trading, c'est spéculer sur les marchés financiers"

Pour beaucoup de personnes, le terme “Trading” est associé à une pratique spéculative. Pourtant, particuliers comme professionnels peuvent poursuivre d’autres objectifs.

Par définition, spéculer consiste à faire des paris sur l’évolution des prix. Lorsque le spéculateur réussit son pari, il s’enrichit, et lorsqu’il le manque, il s’appauvrit.

Acheter ou vendre des produits financiers peut certes permettre de faire des paris spéculatifs sur l’évolution des prix des marchés financiers, mais cela peut aussi et surtout permettre à un individu de diversifier son patrimoine ou à une entreprise de se couvrir contre un risque.

La plupart des professionnels du Trading sont d’ailleurs des Traders de flux, c’est-à-dire des professionnels spécialisés dans l’exécution des opérations d’achat et de vente de leurs clients. Ils ne spéculent pas, mais agissent comme de simples intermédiaires entre les marchés financiers et leurs clients.

Plus de 90% des particuliers perdent de l’argent à tenter de spéculer sur les marchés. En tant qu’investisseur débutant, plutôt que de chercher à prédire l’avenir en faisant des paris risqués et difficiles sur l’évolution des prix, pourquoi ne pas commencer par utiliser les marchés financiers pour diversifier et protéger votre patrimoine ?



⇒ Il est possible de faire du Trading sans spéculer 
(notamment pour diversifier son patrimoine et le protéger de l’inflation)

Idée reçue n°3 : "Le Trading est une activité lucrative et facile"

À en croire les nombreux messages publicitaires dont regorge la toile, ouvrir un compte de Trading en ligne en quelques clics suffirait à atteindre la fameuse “liberté financière”.

Malheureusement, au risque de vous décevoir, ce message marketing est au mieux trompeur, pour ne pas dire carrément mensonger. Dans les faits, seuls quelques très rares investisseurs accèdent à la “richesse” grâce à leurs investissements boursiers.

Et parmi les quelques élus devenus riches grâce aux marchés financiers, il est extrêmement difficile de distinguer ceux ayant réussi grâce à leur talent de ceux ayant simplement eu de la chance…

Devenir riche par talent nécessite en effet de “battre le marché” avec constance en identifiant une anomalie de marché, c’est-à-dire une erreur de valorisation sur tel ou tel produit financier, vendu à un prix trop bas ou acheté à un prix trop haut par les autres investisseurs.

Problème de très nombreuses prétendues “anomalies de marché” ne sont en fait que des primes de risque, c’est-à-dire des récompenses offertes aux investisseurs prenant un risque.

Prenons l’exemple d’une entreprise devant a priori annoncer de bons résultats financiers. Juste avant la publication des chiffres, un investisseur peut très bien choisir d’acheter l’action de cette entreprise en anticipation des bons résultats.

Si les résultats sont effectivement bons, le cours de l’action grimpera de +2%, et notre investisseur aura eu l’impression de s’enrichir par talent, en exploitant une anomalie de marché.

Ce que notre investisseur oublie un peu trop vite, c’est qu’il eût été possible que l’entreprise annonce des résultats décevants, et que le cours de son action perde -20%…

Dans notre exemple, en dépit des apparences, les +2% captés par notre investisseur n’étaient donc qu’une prime de risque pour le récompenser d’avoir couru le risque que les résultats de l’entreprise ne soient pas conformes aux attentes ; scénario dans lequel ses actions auraient perdu -20% de leur valeur !

Identifier de vraies anomalies de marché et parvenir à les exploiter avec constance au fil du temps pour s’enrichir par la spéculation est une tâche extrêmement ardue. L’Histoire regorge d’ailleurs d’anonymes et de prix Nobel s’étant cassé les dents à tenter de prédire l’évolution des prix des marchés financiers.



⇒ Battre le marché est extrêmement compliqué

Idée reçue n°4 : "Je gagne de l'argent, donc je m'enrichis"

Pour suivre la performance de leurs placements financiers, de nombreux investisseurs se contentent d’observer la progression de leur solde d’une année sur l’autre.

S’ils possédaient 100 000€ en janvier 2019 et qu’ils en possèdent 101 000€ en janvier 2020, ils en concluent qu’ils se sont enrichis. Et s’ils en possédaient 100 000€ et qu’ils en possèdent désormais 99 000€, ils en concluent qu’ils se sont appauvris.

Problème, en raisonnant de la sorte, ces investisseurs font une hypothèse a priori évidente, mais pourtant totalement hausse : l’hypothèse que la valeur d’un euro serait constante au fil du temps.

Or, la valeur d’un euro fluctue au fil du temps. Celle-ci diminue dans les périodes d’inflation (lorsque les prix augmentent) et diminue dans les périodes de déflation (lorsque les prix des biens diminuent).

Si 1€ permettait il y a quelques années d’acheter deux baguettes de pains, il ne permet plus aujourd’hui que d’en acheter une seule. Bref, le pouvoir d’achat de l’euro a baissé.

Cela vous surprendra peut-être, mais la perte de valeur progressive de l’euro n’a rien d’étonnant, celle-ci est même inscrite noir sur blanc sur le site de la Banque centrale européenne : “The primary objective of the ECB’s monetary policy is to maintain price stability. The ECB aims at inflation rates of below, but close to, 2% over the medium term.”

Cette perte de valeur planifiée vise en effet à inciter les entreprises et les ménages à consommer et à investir dès aujourd’hui, plutôt qu’à thésauriser en laissant dormir leur argent sur leurs comptes en banque.

À titre d’exemple, en plaçant votre argent sur un Livret A dont le rendement est actuellement à 0,75%, vous gagnez certes de l’argent, mais votre pouvoir d’achat diminue (l’inflation étant supérieure à 0,75%).

Pour suivre la performance de ses placements financiers, plutôt que d’analyser l’évolution de la valeur nominale de son patrimoine, mieux vaut donc analyser l’évolution de sa valeur réelle (c’est-à-dire corrigée de l’inflation). Faute de quoi vous pourriez bien avoir l’illusion de vous enrichir alors que vous êtes en train de vous appauvrir…



⇒ Il est possible de s’appauvrir en gagnant de l’argent

Idée reçue n°5 : "Le rendement historique d'un placement est un critère fiable"

Formation NewTradingLorsque vient le moment de sélectionner un placement financier, les investisseurs se réfèrent instinctivement à l’historique de ses performances pour juger de son attractivité.

Problème, projeter les rendements passés sur le futur revient à conduire en ne regardant que son rétroviseur… Or, le prochain virage ne sera vraisemblement pas le même que le dernier négocié !

Tout comme une route ne suit pas forcément toujours le même tracé, les rendements d’un placement financier ne suivent pas forcément toujours la même tendance.

Ce qui est vrai pour la performance d’un placement l’est d’ailleurs également pour son niveau de risque. Identifier la plus forte contre-performance enregistrée sur une période donnée ne garantit absolument pas que votre placement n’enregistrera pas une contreperformance plus forte à l’avenir.

Plutôt que de chercher à “prolonger la courbe” à partir des données historiques, mieux vaut donc s’intéresser aux raisons premières à l’origine d’une performance donnée, les enseignements tirés n’en seront que plus riches, et le choix de vos placements plus avisé.



⇒ Les performances passées ne présagent pas des performances futures

Idée reçue n°6 : "Il existe des stratégies de Trading gagnantes"

À leur débuts sur les marchés, et parfois bien des années plus tard, nombre d’investisseurs se mettent en quête d’une “stratégie gagnante”, prête à l’emploi, et dont ils n’auraient qu’à suivre les instructions à la lettre pour gagner beaucoup d’argent.

D’effet de mode en effet de mode, ces investisseurs passent alors d’une stratégie à l’autre. Toujours déçus quant aux stratégies qu’ils ont testées, mais toujours pleins d’espoir quant à la toute dernière qu’ils viennent de dénicher et qu’ils s’apprêtent à payer à prix d’or…

Mettons donc les choses au clair sans attendre : les soi-disant “stratégies gagnantes” n’enrichissent que ceux qui les commercialisent ! Un simple raisonnement par l’absurde permet d’ailleurs de s’en convaincre assez rapidement.

Imaginons qu’une telle stratégie existe, que feriez-vous à la place de son inventeur ?

Réponse : vous l’utiliseriez sans attendre pour gagner un maximum d’argent sur les marchés financiers et deviendriez en très peu de temps l’un des hommes les plus riches au monde. Vous ne perdriez certainement pas votre temps ni votre énergie à tenter de convaincre d’autres investisseurs d’utiliser votre stratégie (encore moins à leur vendre). CQFD.

À la différence d’un système physique tel que la météo (où les prévisions d’aujourd’hui n’impactent pas le temps de demain), les marchés financiers sont un système complexe (où les prévisions d’aujourd’hui impactent les fluctuations de prix de demain). Il ne peut donc pas exister de stratégie miracle et éternelle pour “battre le marché” puisque cela impliquerait que la stratégie en question se batte elle-même…

Bien entendu, certaines stratégies s’avèreront gagnantes dans un contexte donné, et pour une durée limitée, mais la plupart d’entre elles se contentent tout simplement d’exploiter des primes de risques (c’est-à-dire de réaliser des gains temporaires par chance, ce qui revient donc in fine à jouer au loto ou à la roulette). Voir idée reçue N°3.



⇒ Il n’existe pas de recette miracle

Idée reçue n°7 : "Payer cher est l'assurance d'une bonne formation"

Proposées à plusieurs centaines, voire plusieurs milliers d’euros, certaines formations au Trading rapportent gros à leurs promoteurs, mais bien moins à leurs clients…

Certes, miser sur le développement de votre capital intellectuel est sûrement votre meilleur investissement à court, moyen et long terme, mais inutile de surpayer votre première formation au Trading (faute de quoi vous pourriez bien ne jamais amortir cet investissement initial).

Plutôt que d’opter pour une formation trop complète et trop spécialisée, commencez de préférence par une initiation généraliste afin de découvrir le Trading à votre rythme.

À moins d’envisager de devenir Trader professionnel, le suivi d’une formation longue ne sera d’ailleurs vraisemblablement pas nécessaire pour commencer à bien gérer votre patrimoine financier.



⇒ Inutile d’investir plus de quelques dizaines d’euros
dans votre première formation au Trading

Pour aller plus loin

Pour vous permettre de découvrir le Trading à votre rythme et avec sérieux, NewTrading propose depuis 2013 une Formation au Trading courte et pratique.

Ces 7 modules de formation vidéos vous permettront d’éviter les erreurs de débutant et d’acquérir un socle de connaissances solides et fiables afin de commencer à investir en bourse en toute sécurité.

Au terme de ce parcours d’initiation, un Mentor se tiendra d’ailleurs à votre disposition pour répondre à toutes vos questions sur le Trading et les marchés financiers. Vous bénéficierez par ailleurs du soutien de toute la communauté d’entraide des NewTraders.